Smedley doute que la hiérarchie change en 2017

partages
commentaires
Smedley doute que la hiérarchie change en 2017
Par : Lawrence Barretto
11 févr. 2017 à 14:00

Une nouvelle réglementation technique est généralement l'opportunité d'une hiérarchie chamboulée en Formule 1, mais selon Rob Smedley, directeur de la performance chez Williams, un tel scénario est peu probable en 2017.

Départ : Jenson Button, Brawn GP, mène la meute
Lewis Hamilton, Mercedes F1 Team teste les pneus Pirelli 2017
Valtteri Bottas, Williams FW38 et Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Rob Smedley, chef de la performance Williams
Felipe Massa, Williams FW38 devant son équipier Valtteri Bottas, Williams FW38
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Valtteri Bottas, Williams FW38
Rob Smedley, chef de la performance, Williams Martini Racing, est interviewé sur la scène Autosport
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid

En 2009, quand l'aérodynamique des F1 avait été revue de fond en comble et que le KERS avait fait son arrivée, la hiérarchie avait drastiquement changé par rapport aux années précédentes, comme en témoigne le championnat des constructeurs. Les deux équipes aux avant-postes étaient hors du top 5 l'année précédente !

 2008Pts| 2009Pts
1.  Ferrari 172 | 1.  Brawn-Mercedes 172
2.  McLaren-Mercedes 151 | 2.  Red Bull-Renault 153,5
3.  BMW Sauber 135 | 3.  McLaren-Mercedes 71
4.  Renault 80 | 4.  Ferrari 70
5.  Toyota 56 | 5.  Toyota 59,5

De même, après quatre saisons lors desquelles Red Bull Racing avait remporté les titres des pilotes et des constructeurs, Mercedes a profité de la nouvelle réglementation de 2014 pour asseoir sa domination sur la Formule 1 dans l'ère hybride.

Cependant, alors que les F1 de 2017 seront plus volumineuses avec des pneus plus larges, produiront plus d'appui et seront plus rapides, Rob Smedley ne s'attend pas à ce que la hiérarchie change outre-mesure.

"J'espère que ça va un peu chambouler les choses, mais je ne pense pas que la hiérarchie va complètement changer", déclare Smedley pour Autosport. "En F1, personne n'a remporté un championnat du monde sans avoir un budget considérable. L'argent compte, du moins dans cette ère de la F1."

"Mais ce n'est pas pour autant que les différents groupes - l'avant, le milieu et le fond de grille - ne vont pas être un peu chamboulés et qu'il ne va pas y avoir plus de gens dans le premier groupe. C'est vraiment important qu'il y en ait plus à l'avant, et qu'un week-end commence sans que l'identité du vainqueur ne soit entièrement claire : c'est ça qui décourage les fans."

"Si on pense qu'il y a quatre ou cinq pilotes qui peuvent gagner, c'est vraiment enthousiasmant et j'espère que c'est ce que la nouvelle réglementation va nous faire."

La nouvelle réglementation a également pour conséquence l'importance capitale des développements lors de la saison au venir. Plus que jamais, la guerre des évolutions sera cruciale et pourrait bien faire évoluer la hiérarchie.

"Je ne m'attends pas à ce que la voiture la plus rapide en Australie soit la voiture la plus rapide à Abu Dhabi. La hiérarchie devrait changer au fil de la saison. Si c'est le cas, la réglementation sera un succès", conclut Smedley.

Prochain article Formule 1
Les pétroliers influenceront-ils la course au titre ?

Previous article

Les pétroliers influenceront-ils la course au titre ?

Next article

Un "développement continu" chez Haas en 2017

Un "développement continu" chez Haas en 2017

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams
Auteur Lawrence Barretto
Type d'article Actualités