Les solutions d'Alpine pour améliorer les performances d'Ocon

Il est difficile de croire que le triomphe d'Esteban Ocon au Grand Prix de Hongrie est survenu deux courses après une nouvelle élimination en Q1. Mais Alpine a tout fait pour remettre son pilote sur la route du succès.

Les solutions d'Alpine pour améliorer les performances d'Ocon

Après avoir commencé la saison 2021 comme un prétendant régulier à la Q3, Esteban Ocon a dû ensuite faire face à une période difficile. Ses performances le samedi ont atteint leur point culminant au Grand Prix d'Espagne, avec une cinquième place sur la grille, mais lors des trois rendez-vous suivants, à Monaco, en Azerbaïdjan et en France, le Français n'a pas réussi à sortir de la Q2. La situation s'est ensuite aggravée, car lors des Grands Prix de Styrie et d'Autriche, Ocon ne semblait plus capable d'extraire le potentiel de l'A521. Dix-septième sur la grille de départ des deux courses disputées au Red Bull Ring, le pilote Alpine n'a pas réussi à ramener le moindre point en course.

Sans explication évidente sur la raison pour laquelle les performances ont chuté, l'équipe et le pilote étant tous deux déconcertés, Alpine a pris la décision de changer de châssis en marge du Grand Prix de Grande-Bretagne. Au volant d'une voiture presque neuve, Ocon s'est instantanément retrouvé en harmonie avec celle-ci, et le soulagement était immense.

Une Q3 à Silverstone et une neuvième place en course ont été suivies par une nouvelle Q3 au Hungaroring et une victoire surprise le lendemain. Mais alors qu'Alpine a encore le goût du champagne sur ses lèvres, la structure n'est toujours pas sûre de l'origine du petit rythme d'Ocon au début de l'été. Un élément de la suspension avant fait partie des hypothèses mais, selon Marcin Budkowski, les ingénieurs ne savent pas "avec exactitude quel était le problème".

"Il y avait un problème avec la voiture [d'Ocon], il n'y avait pas cette harmonie entre le pilote et la voiture", a expliqué le directeur exécutif à Motorsport.com. "Nous avons donc pris la décision de changer autant de choses que possible sur la voiture, parce que lorsque vous n'avez pas la moindre idée [de l'origine du problème] et que vous pouvez changer les pièces, pourquoi ne le feriez-vous pas ?"

Lire aussi :

"En changeant le châssis, nous avons fait quelques tests mais nous n'avons rien vu d'alarmant sur la rigidité et [les données] que vous avez normalement si le châssis a un défaut. Nous avons seulement trouvé un petit problème, un élément de la suspension avant, et c'était assez mineur. Mais certains des problèmes que [cet élément] aurait provoqués faisaient partie des symptômes d'Esteban."

"Je ne pense pas que [ce problème] coûtait autant de temps sur un tour. Mais si une petite chose déstabilise un pilote et qu'en conséquence, il perd confiance, alors il y aura peut-être quelques dixièmes qui viendront s'ajouter. Donc en réalité, je ne peux pas vous donner une réponse complète, parce que nous ne savons pas vraiment. Mais nous avons trouvé quelque chose de légèrement anormal."

Malgré le mystère autour des circonstances exactes des anciens problèmes d'Ocon, l'équipe ne se concentre pour le moment que sur "ce qui compte", c'est-à-dire le retour du Français à son meilleur niveau. "La combinaison de ces changements et de la nouvelle confiance que place Esteban dans la voiture signifie qu'il a retrouvé un bon niveau de compétitivité", a ajouté Budkowski. "Je pense que c'est ce qui compte pour l'avenir. Il a été satisfait de la voiture dès les premiers essais à Silverstone et il a senti que la voiture n'avait plus les problèmes qu'il décrivait auparavant."

partages
commentaires
Aston Martin entendu lundi par les commissaires
Article précédent

Aston Martin entendu lundi par les commissaires

Article suivant

Les évolutions du "boomerang" McLaren

Les évolutions du "boomerang" McLaren
Charger les commentaires