Sotchi - Pirelli attend des longs relais "même avec les supertendres"

Comme depuis le début de saison, les trois gommes proposées par Pirelli à Sotchi seront le trio supertendres-tendres-mediums.

Sotchi - Pirelli attend des longs relais "même avec les supertendres"
Pneus Pirelli
Des pneus PIrelli
Des pneus PIrelli
Un technicien Pirelli dans les stands
Niki Lauda, Président Non-Exécutif de Mercedes avec Paul Hembery, Directeur de la Compétition de Pirelli sur la grille
Un mécanicien Mercedes AMG F1 Team travaille sur les pneus Pirelli

Le tracé qui serpente entre les installations olympiques de la station balnéaire russe n’est pas le plus gourmand en gommes. Les deux premières éditions ont été remportées par Lewis Hamilton, qui a à chaque fois mené à bien une stratégie à un seul arrêt. L’an passé, Sergio Pérez avait bouclé 41 tours du Grand Prix en pneus tendres pour accrocher un podium mémorable.

La piste, en plus d’être naturellement peu abrasive, connaît aussi une évolution importante tout au long du week-end, le tracé n'étant que très peu utilisé le reste de l’année.

Les équipes n’ont d’ailleurs pas eu peur, dans leurs choix pour cette course, de pencher en faveur d’approches agressives avec jusqu’à dix trains de pneus supertendres sur 13 pour Red Bull et Haas, neuf pour Williams et huit pour Mercedes, Force India et Toro Rosso. Ferrari a pour sa part choisi de répartir également ses tendres et supertendres, avec six trains de chaque.

Point positif de ce début de saison, salué par l’ensemble du paddock, la diversité stratégique devrait donc être au rendez-vous-même si le tracé ne devrait pas favoriser un nombre d’arrêts aux stands très élevé, à l’inverse de Shanghai, ce qui pourrait venir entraver cet aspect de la course.

Paul Hembery, directeur de la compétition chez Pirelli, s’attend à des relais longs même en supertendres : "Seulement six mois après la dernière édition, nous voilà de retour en Russie. Les conditions printanières promettent d’être très différentes de celles rencontrées à l’automne dernier. De tous les circuits visités durant la saison, Sotchi est par ailleurs le plus doux, pour les pneumatiques, en matière d’usure et de dégradation."

"Nous devrions donc observer de longs relais, même avec les supertendres, comme le démontra Lewis Hamilton l’an passé. Néanmoins, avec l’augmentation des performances de la nouvelle génération de monoplaces de F1, constatée lors de chaque Grand prix en 2016, les essais libres seront déterminants pour analyser le comportement des pneumatiques arrière."

partages
commentaires
Sotchi, un circuit "exigeant" pour McLaren

Article précédent

Sotchi, un circuit "exigeant" pour McLaren

Article suivant

Six infos à connaître sur le Grand Prix de Russie

Six infos à connaître sur le Grand Prix de Russie
Charger les commentaires