Spa reste un circuit à part pour la famille Schumacher

Mick Schumacher se réjouit à l'idée de retrouver Spa-Francorchamps, circuit étroitement lié à l'histoire de sa famille.

Spa reste un circuit à part pour la famille Schumacher

Comme l'Histoire fait parfois bien les choses, la Formule 1 commémore ce mercredi les trente ans des grands débuts de Michael Schumacher dans la discipline, juste avant de retrouver Spa-Francorchamps pour la rentrée des classes du plateau 2021. S'il en est un pour qui ce Grand Prix de Belgique aura une saveur toute particulière, c'est donc Mick Schumacher. Rookie cette année chez Haas, le pilote allemand a hâte de rouler à nouveau sur une piste qui conserve une place toute particulière dans son cœur.

"C'était ma première victoire en Formule 3 en 2018, la première d'une belle série", se souvient-il d'ailleurs. "C'était aussi ma première pole position cette année-là. C'était très bien de commencer là-bas, car c'est une piste très particulière pour notre famille, et pour moi, donc je suis très content de pouvoir y retourner. J'espère que nous pourrons y faire quelque chose, ce serait génial."

Spa-Francorchamps, c'est aussi l'endroit où le jeune Mick, alors âgé de 18 ans, a pris le volant d'une monoplace emblématique de son père, la B194, pour une démonstration.

"Piloter la Benetton de mon père en 2017 était une expérience géniale", se souvient-il. "Maintenant, quatre ans plus tard, je vais y piloter ma Formule 1, 30 ans après les débuts de mon père. C'est vraiment un moment particulier pour ma famille et moi, donc je suis très heureux d'y aller et de mettre mon empreinte aussi sur ce circuit spécial."

Sans le moindre point au compteur en raison des performances très limitées de la Haas VF-21, Schumacher entend poursuivre son apprentissage sérieusement sur un tracé exigeant, où il aura également une pensée émue pour Anthoine Hubert.

"De manière générale, Spa est mon circuit préféré, en toutes circonstances", avoue-t-il. "Pour moi, revenir à Spa est génial. J'y étais l'an dernier et les années précédentes, nous y avons évidemment connu des hauts et des bas. C'est vraiment un des tracés les plus difficiles : il est super long, il y a beaucoup de dénivelé, c'est un lieu historique et c'est l'un des week-ends particuliers au calendrier. Et puis en ayant à l'esprit certains moments difficiles, en pensant toujours à tout le monde, en particulier Anthoine [Hubert], qui est dans nos cœurs lorsque nous y allons."

Lire aussi :

partages
commentaires
Le GP des États-Unis ne croit pas à une annulation

Article précédent

Le GP des États-Unis ne croit pas à une annulation

Article suivant

Pourquoi Alpine est le type d'écurie dont la F1 a besoin

Pourquoi Alpine est le type d'écurie dont la F1 a besoin
Charger les commentaires