Steiner : "Difficile" de parler avec les pilotes Haas

Günther Steiner admet qu'il rencontre parfois des difficultés au moment de communiquer avec ses deux nouveaux pilotes, Mick Schumacher et Nikita Mazepin. Le directeur de l'écurie Haas peine à trouver les mots justes.

Steiner : "Difficile" de parler avec les pilotes Haas

Une fois de plus, Haas traverse une période difficile en Formule 1. L'écurie américaine a décidé de ne pas développer sa monoplace 2021, basée en grande partie sur la peu réussie VF-20, ce qui a pour conséquence de la faire démarrer au fond de la grille, derrière Alfa Romeo et Williams. Mick Schumacher et Nikita Mazepin, les nouveaux pilotes Haas cette saison, traversent également un moment difficile car ces derniers doivent s'habituer au monde de la Formule 1, et ce au volant d'une monture peu performante.

Selon Günther Steiner, directeur d'équipe, il est important de bien gérer cette situation. Bien que l'Italien ait la réputation d'être abruptement honnête avec ses pilotes, comme on l'a souvent vu dans le documentaire réalisé par Netflix, "Drive to Survive", le dirigeant a admis qu'il devait mieux choisir ses propos cette année. Invité à s'exprimer dans le podcast In the Fast Lane, produit par le Grand Prix d'Australie, Steiner a expliqué que de mauvais propos pourraient avoir un impact négatif sur les performances des pilotes.

"Je dois réfléchir davantage sur les domaines où nous pouvons trouver des gains le plus rapidement", a-t-il commenté. "C'est parfois difficile car les mauvais mots peuvent avoir des mauvaises conséquences. Donc, pour moi, le plus grand défi est de réussir à donner [aux pilotes] toute la confiance nécessaire. Imaginez que vous êtes un jeune homme de 21-22 ans qui arrive en Formule 1, toute la pression est sur vous. Ce n'est pas facile d'y faire face, rien que dans votre tête. Sans parler de piloter ces voitures, c'est vraiment délicat... Donc [j'essaie] de combler les lacunes, de voir quels sont leurs points faibles et où ils ont le plus de difficultés."

Lire aussi :

Et d'après le directeur de Haas, des pilotes expérimentés tels que Romain Grosjean et Kevin Magnussen ont parfois eu besoin d'être encouragés eux aussi pour donner le meilleur d'eux-mêmes. "La première année où Kevin était chez nous, même s'il avait déjà fait deux saisons en F1, il était peu confiant et ne croyait pas en lui", a révélé Steiner. "Il a dû être un peu aidé mais il s'est très vite repris lorsqu'il a vu que l'équipe était derrière lui et que nous le soutenions."

"C'est ce que j'essaie de faire avec Mick et Nikita, en leur disant simplement : 'Les gars, nous sommes là pour vous, nous sommes les premiers à vous aider, vous devez nous faire confiance, nous faisons du mieux que nous pouvons'. Ce qu'ils doivent faire, c'est simplement garder la tête dans le guidon, rester concentrés et travailler dur."

Au sein du garage de la structure américaine, Steiner a affirmé que Schumacher est "très humble" dans son approche, tandis que Mazepin connaît des débuts plus difficiles à la suite de quelques incidents pour ses deux premiers Grands Prix, à Bahreïn et à Imola.

"Je dirais que la confiance [de Mazepin] a été un peu ébranlée", a-t-il avoué. "À Bahreïn, les conditions de piste étaient très difficiles, il a fait quelques tête-à-queue et je pense que cela l'a déstabilisé. Mick a fait un excellent travail et je pense qu'il est en train de surmonter ses problèmes. Il a fait d'énormes progrès à Imola. J'ai parlé avec lui tout au long du week-end [du Grand Prix d'Émilie-Romagne], j'ai essayé de le guider pour qu'il fasse de son mieux."

partages
commentaires
Les conséquences des Qualifs Sprint sur la stratégie

Article précédent

Les conséquences des Qualifs Sprint sur la stratégie

Article suivant

Le coup d'épaule Verstappen/Hamilton, signe d'une lutte "intense"

Le coup d'épaule Verstappen/Hamilton, signe d'une lutte "intense"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Haas F1 Team
Auteur Jonathan Noble