Drive to Survive : Steiner n'a aucun problème avec la dramatisation

Personnage central de la série Drive to Survive de Netflix sur la Formule 1, Günther Steiner le directeur de Haas a révélé dans un entretien exclusif pour Motorsport.com qu'il n'avait jamais vu la série. Il a aussi réagi au reproche parfois fait sur la dramatisation à l'excès de certaines situations par le programme.

Drive to Survive : Steiner n'a aucun problème avec la dramatisation

Beaucoup des grands acteurs de cinéma affirment souvent qu'ils ne regardent jamais leurs films, de peur d'y déceler les imperfections de leur jeu. Günther Steiner non plus ne regarde pas ses "performances" dans la série "Drive to Survive" de Netflix, mais sans doute pas exactement pour les mêmes raisons.

Dans une interview accordée à Motorsport.com, le dirigeant de Haas, qui compte parmi les stars du programme lancé en 2019, est revenu sur la série, dont la troisième saison a été publiée ce vendredi par la plateforme de streaming, et le travail des équipes de tournage qui suivent le paddock au fil de l'année.

Profitez de notre offre exclusive :

Motorsport.com : La saison 3 de la série Netflix devrait être interdite aux moins de combien (en référence aux jurons fréquemment lâchés par l'Autrichien) ?

Steiner : Aucune idée. Je ne l'ai pas vue. Il faudrait demander à notre attaché de presse, il la regarde toujours. Je n'ai même pas vu les saisons 1 et 2. Et évidemment, pas la saison 3 du tout. Je n'ai vu que le trailer. Je dois être honnête, oui, je l'ai vu, car quelqu'un me l'a montré.

Beaucoup n'aiment pas la série car c'est dramatisé...

Je ne pense pas que ce soit totalement dramatisé. Mais on connaît les réalisateurs. Ils en tirent le meilleur possible, c'est assez clair. Je ne sais pas dans quelle mesure ils ont exagéré, et je ne suis donc du côté de ceux qui critiquent. Je ne sais pas comment ils ont géré tout ça. C'est pourquoi je n'ai pas vraiment d'opinion à ce sujet.

Il est bien connu que les gens du cinéma essaient toujours de tirer le maximum de leur travail, afin que les spectateurs prennent plaisir à le regarder. Nous devons et pouvons vivre avec cela. Tant que les histoires qui y sont racontées ne sont pas complètement fausses. Je n'ai pas entendu dire, en fait, que c'était faux. Peut-être un peu de sensationnel, mais sinon, je ne pense pas que cela change grand-chose en principe, du moins c'est comme ça que je le comprends.

Comment se passent les tournages ?

Ils nous disent quelques semaines avant quand ils vont nous filmer et où. Du moins, c'est comme ça que ça s'est passé pour les premières saisons. Ce n'est pas une surprise. Ils sont juste intégrés à l'équipe pour le week-end. Cette année, c'est un peu différent, il me semble. Parfois, vous avez un micro au-dessus de vous et vous ne le remarquez même pas. Mais sinon, vous savez exactement quand vous êtes filmés et quand vous ne l'êtes pas.

La seule chose qu'ils font parfois : vous avez un micro pour avoir un meilleur son. Mais vous savez exactement ce qu'ils font – il n'y a pas de surprise. Et ils se comportent de telle manière qu'au bout d'un moment, vous ne les remarquez même plus. Ils font partie de votre vie quotidienne. C'est pourquoi il n'y a pas vraiment de problèmes. Ce sont tous des gens très gentils. Ils font simplement leur travail.

Vous les connaissez déjà bien ?

Ils ne vous accompagnent pas toute l'année. Une ou deux courses en général [par an], ou peut-être parfois un jour. Mais oui, vous avez déjà une relation. Les gars sont avec nous pour la quatrième année maintenant, et vous commencez à les connaître. Beaucoup d'entre eux sont encore des gars qui étaient là lors de la saison 1. Vous vous connaissez et vous avez construit une relation avec ces gars.

partages
commentaires
Bahreïn 2010 : le retour en F1 de Michael Schumacher

Article précédent

Bahreïn 2010 : le retour en F1 de Michael Schumacher

Article suivant

Le jour où le crash effrayant d'Alonso a fait sauter un verrou

Le jour où le crash effrayant d'Alonso a fait sauter un verrou
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Haas F1 Team
Auteur Fabien Gaillard