Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Pour Steiner, la F1 doit expérimenter en 2020

partages
commentaires
Pour Steiner, la F1 doit expérimenter en 2020
Par :
10 oct. 2019 à 16:00

Alors que le format des week-ends de Grand Prix est remis en question, Günther Steiner juge nécessaire que la F1 fasse des expériences avant la nouvelle réglementation de 2021.

Ce sont notamment des courses à grille inversée (dans l'ordre inverse du championnat en cours) qui sont envisagées pour l'an prochain en remplacement des qualifications, une proposition contre laquelle les pilotes – notamment ceux des top teams – se sont exprimés avec véhémence. Un tel projet verrait par exemple, selon le classement actuel, George Russell et Robert Kubica monopoliser la première ligne devant Antonio Giovinazzi et Romain Grosjean, tandis que Lewis Hamilton et Valtteri Bottas se retrouveraient en fond de grille.

Lire aussi :

Lorsque Motorsport.com lui demande son opinion à ce sujet, Steiner se déclare "pas contre" les expérimentations mais estime important, si celles-ci sont infructueuses, que la F1 "ait le courage" de l'admettre : "Parfois, il faut expérimenter : sinon, comment savoir si ça marche ou non, si l'on n'essaie pas ? Nous pouvons faire des simulations – si nous faisons des simulations, nous finissons par dire 'on ne va pas le faire', parce qu'il y a un risque. Tous les changements comportent un risque, personne ne veut le changement. J'y suis donc favorable, avec une mise en garde : si cela ne marche pas, soyons honnêtes et ne continuons pas."

"Là où les pilotes ont raison, c'est que le peloton n'est pas assez resserré. Nous le savons. Que pouvons-nous faire à ce sujet ? Le plafond budgétaire. Pour l'instant, ce plafond reste trop haut. Si les pilotes de pointe ne sont pas satisfaits à ce sujet, il faut qu'ils disent à leur équipe de le faire baisser."

Günther Steiner, Team Principal, Haas F1

La FIA et les équipes se sont mises d'accord sur un plafond de 175 millions de dollars (160 M€) à partir de 2021, dont sont exclues les dépenses liées aux salaires des pilotes et au marketing. Cinq équipes avaient l'an passé un budget supérieur à ce chiffre – Ferrari, Mercedes, Red Bull, McLaren et Renault, dans l'ordre décroissant – mais les petites écuries telles que Racing Point souhaiteraient un plafond encore plus bas. Pour Steiner, une telle solution est la clé afin d'avoir une hiérarchie homogène en matière de performance entre les dix équipes.

"Je comprends que [les pilotes] veuillent se battre tous ensemble, comme nous – tout le monde travaille là-dessus, mais si nous voulons que ça se fasse vite, je pense que la seule manière de le faire est un plafond budgétaire encore plus bas, ce qui est très difficile à faire pour les grandes équipes", analyse l'Italien. "Nous nous sommes mis d'accord sur celui-là, et devons par conséquent traverse une phaser où il y aura encore un petit écart entre le top 3 et le reste – écart moindre que maintenant, espérons-le."

Lire aussi :

Lorsqu'il lui est demandé si c'est la raison pour laquelle il est ouvert aux nouveaux formats en 2020, Steiner répond : "Oui. Nous pouvons toujours expérimenter, vous savez ? Et je ne pense pas que nous faisions quelque chose de mal : au moins, si l'on expérimente, beaucoup de gens regardent et donnent leur opinion, puis l'on peut décider si l'expérience est un succès ou non. Personnellement, je ne ressens pas le besoin de [grilles inversées], mais la FOM veut tester ça, nous sommes là et ça ne tourne pas autour de nous, il s'agit de la F1. Ce sont eux les experts et les promoteurs, c'est leur show. Nous devons essayer de les aider à améliorer le spectacle, à mon avis."

Propos recueillis par Valentin Khorounzhiy  

Article suivant
Technique - Les évolutions de Mercedes au GP du Japon

Article précédent

Technique - Les évolutions de Mercedes au GP du Japon

Article suivant

Photos - Jeudi à Suzuka

Photos - Jeudi à Suzuka
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Haas F1 Team
Auteur Benjamin Vinel