Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Stewart presse la FIA de revoir le système des commissaires

partages
commentaires
Stewart presse la FIA de revoir le système des commissaires
3 juil. 2017 à 15:23

Sir Jackie Stewart a déclaré que la controverse autour de Sebastian Vettel et Lewis Hamilton à Bakou mettait en évidence le besoin de constance dans la prise de décisions cruciales au niveau des pénalités infligées.

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sir Jackie Stewart
Alain Prost, Niki Lauda, Sir Jackie Stewart, et Damon Hill
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Johnny Rutherford
Sir Jackie Stewart sur le podium
Bernie Ecclestone, Fabiana Ecclestone, et Jackie Stewart

Stewart a affirmé que le système actuel de la FIA, à savoir trois commissaires comprenant un ancien pilote (à Bakou, il s'agissait de Danny Sullivan, ancien pilote F1 et IndyCar) qui tournent à chaque Grand Prix n'était "plus valide".

Il suggère qu'un seul ex-pilote soit payé pour être présent lors de chaque épreuve, pour assurer la constance des pénalités appliquées tout au long du championnat.

"Actuellement, la méthode utilisée par la FIA est datée et n'est plus valide", a déclaré l'Écossais sur Motorsport.tv"En IndyCar il y a un homme, et il s'agissait de Johnny Rutherford, qui était en charge de prendre des décisions sur les manœuvres discutables ou les situations en piste."

"Il a une autorité, une expérience et une connaissance considérables. Son intégrité n'a jamais été remise en cause. Et il n'a jamais pris de décisions controversées."

"La façon dont la FIA fait cela actuellement, comme je le comprends, est qu'il y a quatre [trois, en fait, ndlr] commissaires lors de chaque manche. L'un d'entre eux est un pilote. Ils sont très rarement les mêmes d'un circuit à l'autre."

"D'abord, il y a de la place pour la spéculation avec autant de personnes... Et il y a seulement un pilote. Si vous aviez, et il faudrait qu'ils soient payés suffisamment, un pilote retraité – ça pourrait être Zanardi par exemple –, prenez quelqu'un du calibre de Johnny Rutherford, alors vous auriez quelqu'un avec une connaissance intime et une continuité de jugement."

"La FIA dirait 'nous ne pouvons pas nous le permettre', mais je ne sais pas où va tout l'argent en F1, et dire que l'on ne peut pas payer quelqu'un dans un sport qui est, à tout le moins, capitalistique, est une excuse que je ne peux pas accepter. Si j'étais président de la FIA demain, c'est une des premières choses que je ferais."

En décembre dernier, les commissaires de la FIA ont révélé qu'une réforme de leur système était à l'étude pour assurer une meilleure constance de la prise de décisions. Des conférences vidéo régulières, pour réexaminer les incidents et discuter des décisions prises, était une des idées sur la table.

Article suivant
Les commissaires de Bakou "ne voulaient pas influencer le championnat"

Article précédent

Les commissaires de Bakou "ne voulaient pas influencer le championnat"

Article suivant

Honda fournira la spécification 3 aux deux pilotes McLaren en Autriche

Honda fournira la spécification 3 aux deux pilotes McLaren en Autriche
Charger les commentaires