Un arrêt attendu, mais Bakou reste Bakou...

partages
commentaires
Un arrêt attendu, mais Bakou reste Bakou...
Par :

La tenue pneumatique sur le circuit du Grand Prix d'Azerbaïdjan devrait inviter les écuries à ne faire qu'un arrêt. Mais l'imprévisibilité du rapide circuit urbain ne garantit rien.

Pirelli est très clair sur la stratégie à employer pour la course ce dimanche à Bakou : un arrêt, sans aucun problème. Le manufacturier italien entrevoit toutefois une fenêtre assez large pour pouvoir s'arrêter, la faisant débuter au 15e tour. Cependant, les deux dernières éditions du Grand Prix montrent qu'il faut savoir se montrer flexible et prêt à réagir à la moindre opportunité. 

Lire aussi:

L'an passé, Valtteri Bottas était à une crevaison de l'emporter grâce à une stratégie simple mais brillamment exécutée : l'allongement au maximum de son premier relais après l'arrêt du leader, avec un excellent rythme au passage. Cela lui avait permis de maintenir une avance confortable et de prendre pour de bon les commandes quand un événement de course (l'accrochage Ricciardo-Verstappen) a déclenché un Safety Car lui offrant l'opportunité de s'arrêter sans perdre sa position.

Estimations 1er relais 2e relais
Stratégie la plus rapide  25 tours  26 tours
Légèrement mois rapide  26 tours  25 tours

Les huit premiers pilotes sur la grille devront s'élancer en gommes tendres usées. Le départ sera donné une heure plus tôt que le début des qualifications, dans des conditions qui devraient donc être plus chaudes. Les Ferrari pourraient en profiter, elles qui ont semblé plus à l'aise lors des séances de mi-journée.

En neuvième position, Charles Leclerc sera lui en mediums usés (ceux avec lesquels il a fait son seul tour de Q2) avec comme mission d'éviter les embûches du premier tour puis de rapidement se débarrasser des voitures plus lentes avant de faire durer son relais en enchaînant les chronos performants. En situation de course normale, sa chance de pouvoir gagner du terrain tout en espérant profiter de pneus tendres plus performants (et sans doute plus adaptés à des conditions plus fraîches) en fin de GP est réelle.

Si les choses devaient s'emballer et la voiture de sécurité entrer en jeu, il pourrait encore plus facilement revenir sur les talons de ses concurrents directs.

 

Haas signe Louis Déletraz comme pilote du simulateur F1

Article précédent

Haas signe Louis Déletraz comme pilote du simulateur F1

Article suivant

Räikkönen sous enquête des commissaires

Räikkönen sous enquête des commissaires
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Azerbaïdjan
Auteur Fabien Gaillard