Les teams snoberont-ils l’hypertendre lors du GP de Monaco ?

partages
commentaires
Les teams snoberont-ils l’hypertendre lors du GP de Monaco ?
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
Co-auteur: Guillaume Navarro
25 mai 2018 à 18:30

Deux arrêts "ne sont pas exclus" mais demeurent improbables dans des circonstances de course normales.

Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Esteban Ocon, Force India VJM11
Pneus Pirelli
Esteban Ocon, Force India VJM11
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Hospitalité Pirelli
Marcus Ericsson, Sauber C37
Max Verstappen, Red Bull Racing RB14
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Des mécaniciens Red Bull nettoient des pneus Pirelli
Mario Isola, directeur de la compétition, Pirelli Motorsport

Pirelli pense que les équipes F1 pourraient tenter d’éviter l’utilisation des nouveaux pneus hypertendres lors du Grand Prix de Monaco dans le but d’optimiser leurs stratégies pneumatiques en course. Le fournisseur italien juge cependant qu’une telle approche pourrait présenter des risques.

Le composé hypertendre s’est avéré une seconde pleine plus rapide sur le tracé de la Principauté au cours des essais libres du jeudi, mais les interrogations des équipes concernant sa durabilité font qu’une approche plus conservatrice sur les choix de pneus de course semble être envisagée par une partie du plateau.

Une adaptation qui permettrait bien entendu aux pilotes faisant le choix des ultratendres/supertendres de prolonger de manière notable leur premier relais sans passer du tout par l’allocation hypertendre. Les événements de Monaco étant cependant imprévisibles, certaines équipes de fond de plateau pourraient malgré tout être tentées de réaliser une course avec une gomme supertendre au départ et faire durer celles-ci jusqu’au point de chausser des hypertendres en toute fin de course, à la faveur de neutralisations éventuelles de l'épreuve.

Certains pilotes de premier plan semblent disposer d’un rythme suffisant pour se mettre à l’abri en se qualifiant en Q2 sans utiliser l’hypertendre, bien que la marge de manœuvre sur un tel pari semble très étroite en raison de l’important delta de performance entre les composés. Tous les pilotes de la grille disposeront samedi d’un set de supertendres, d’un set d’ultratendres et de sept trains du mélange hypertendre.

"La dégradation était assez élevée ; ce n’est pas une surprise, car l’hypertendre est vraiment un composé très tendre", commentait jeudi Mario Isola, directeur de la compétition Pirelli. "On a vu toutes les équipes travailler sur les réglages de leur voiture pour essayer d’influencer le graining de l’avant-gauche, et l’évolution de la piste joue aussi un grand rôle. Nous nous attendons à moins de graining samedi et dimanche, avec plus de dépôt [de gomme sur la piste]."

"Compte tenu du delta entre l’hypertendre et l’ultratendre, je ne pense pas que quiconque essaie de se qualifier avec l’ultratendre, à moins que quelqu’un ne souffre de graining et ne trouve pas de solution à cela", poursuit l’Italien. "C’est la seule situation dans laquelle je peux imaginer quelqu’un essayer de passer de Q2 à Q3 avec l’ultra et faire la course avec l’ultratendre et le supertendre. De mon point de vue, ce sera assez difficile mais voyons ce qui se produit samedi matin en EL3, lorsqu’ils essaieront de comprendre l’évolution de la piste et prépareront les qualifications."

Un seul arrêt, la stratégie de la raison

Comme le veut la tradition à Monaco en conditions normales, Isola ne s’attend qu’à un unique arrêt au stand dans les rues de la Principauté. "Je pense qu’un arrêt sera la stratégie favorite de tout le monde car personne ne désire être derrière, dans le trafic, sur un circuit où l’on ne peut pas dépasser. Mais si la dégradation est assez élevée et que des équipes ne trouvent pas les bons réglages pour réduire le graining, deux arrêts ne sont pas exclus", estime Isola.

Pirelli pense que la stratégie des pilotes poursuivants sera calquée sur ceux qui donneront le ton à l'avant. "La stratégie sera globalement dictée par les leaders. Tout le monde tentera de faire un seul arrêt, même si la dégradation est assez élevée. La capacité à contrôler le graining sera probablement la clé de la course."

La théorie selon laquelle les équipes seront tentées d’éviter de rouler avec l’hypertendre en course comme scénario privilégié est confirmée par Andy Green, directeur technique Force India.

"L’hypertendre semble assez agressif", explique-t-il au micro de Motorsport.com"C’est presque un vrai pneu de qualifications, qui serait bon pour le spectacle, je pense. Tout le monde essaiera de faire un seul arrêt – certaines des grosses équipes tenteront de se qualifier sur autre chose que l’hypertendre s’ils ont la marge pour ça. C’est une stratégie risquée, ici. Mais s’ils pouvaient se qualifier sur l’ultratendre, ce serait un grand avantage d’être capable de le faire."

En dehors du top 10, la stratégie est plus compliquée et il pourrait être tentant de jouer un coup de dés et de "prendre un pari avec des stratégies mixtes entre les deux voitures", poursuit Green, qui maintient que réaliser la plus longue distance possible sur le premier relais avec les pneus demeure clairement l’option la moins risquée pour éviter des troubles de trafic. "S’arrêter une fois et faire le reste de la course non-stop… Mais s’il y a une voiture de sécurité, nous pouvez évaluer vos options, passer en revue ce que chacun fait et réagir en conséquence. Sur une course calme, vous voulez juste rester sur l’hypertendre, faire autant de tours que possible avant qu’il ne s’écroule. Mais la vie est assez limitée sur l’hypertendre."

Le directeur technique de Renault, Nick Chester, rejoint son homologue : "C'est vraiment compliqué, ça dépend du moment où vous pensez que le Safety Car va sortir. Si vous pensez qu'il va s'agir d'un Safety Car tardif, ce qui arrive parfois ici, vous pouvez très bien faire en partant en ultra, en espérant en avoir un autour du 50e tour, et en mettant l'hypertendre. En dehors du top 10, il y a plusieurs façons de voir les choses."

Article suivant
Lance Stroll : "Heureux d'avoir fait mes preuves" en F1

Article précédent

Lance Stroll : "Heureux d'avoir fait mes preuves" en F1

Article suivant

Photos - Vendredi à Monaco

Photos - Vendredi à Monaco
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Monaco
Catégorie Qualifications
Lieu Monte Carlo
Auteur Adam Cooper
Type d'article Analyse