Stroll : "Rien ne nous a été servi sur un plateau"

Au Grand Prix du Qatar, Lance Stroll a retrouvé les points et a également décroché son meilleur résultat de l'année avec une sixième place. Son coéquipier Sebastian Vettel a connu une course plus difficile, il a malgré tout sauvé les meubles.

Stroll : "Rien ne nous a été servi sur un plateau"

Lâché par le tandem Alpine-AlphaTauri depuis la rentrée des classes, Aston Martin est parvenu à inscrire de gros points au Grand Prix du Qatar tout en plaçant ses deux voitures dans le top 10 pour la première fois depuis le Grand Prix de France, en juin dernier. De quoi remotiver Lance Stroll : celui qui n'avait jamais terminé dans le top 6 cette saison a enfin complété cet objectif à Losail.

"Ça fait du bien !" s'est exclamé le pilote Aston. "On a connu une période difficile lors des dernières courses. Au-delà de cette sixième place, nous étions dans le coup [à Losail]. Rien ne nous a été servi sur un plateau : nous avons dépassé Tsunoda, nous sommes revenus sur Sainz, nous lui avons fait l'undercut, nous sommes revenus sur Ocon... C'est vraiment positif."

Même s'il s'élançait deux places derrière Sebastian Vettel, Stroll a franchi la ligne d'arrivée avec quatre rangées d'avance sur son coéquipier. La performance du Canadien s'explique par un excellent départ suivi d'une parfaite gestion de la dégradation des pneus, les enveloppes Pirelli ayant particulièrement mal supporté les fortes demandes du circuit de Losail.

"La voiture s'est bien comportée dès le premier tour", a ajouté Stroll. "Le départ était bon, nous avons pu dépasser Tsunoda et revenir sur le groupe devant nous, avec Sainz en mediums et Ocon. Il a fallu se montrer raisonnable [avec les pneus] et communiquer avec l'équipe. À certains moments, c'était éprouvant. J'ai déjà connu ça auparavant, au Mugello [en 2020], à Bakou [en 2021]... J'ai déjà eu ces crevaisons, je connais ce genre de situation. Le circuit était très rapide et très exigeant avec les pneus, surtout sur le côté gauche. Donc j'ai géré ça en me tenant loin des vibreurs. Heureusement, nous nous en sommes bien sortis."

Vettel auteur d'un départ cauchemardesque

Contrairement à Lance Stroll, dont l'envol a été bien maitrisé, Sebastian Vettel a été en difficulté lors des premiers kilomètres du Grand Prix du Qatar. Dixième sur la grille, le quadruple Champion du monde a perdu sept positions en deux virages, la faute à un envol médiocre et à une sortie de piste à l'entrée de la première courbe.

Vettel a néanmoins tiré profit de la pointe de vitesse de son AMR21 pour passer de la 17e place à la 11e en 20 tours. La crevaison de Valtteri Bottas et le rythme d'escargot de Daniel Ricciardo lui ont ensuite permis de retrouver sa position de départ, qu'il a vaillamment défendue face à Pierre Gasly en fin d'épreuve.

"Je me suis retrouvé coincé à cause du mauvais départ de Valtteri", a déploré Vettel. "Je n'avais nulle part où aller. Il y avait beaucoup de poussière, beaucoup de voitures autour de moi. J'ai perdu le contrôle à l'entrée du premier virage en essayant de regagner des positions et je suis parti au large. En gros, j'ai tout perdu. Il a fallu laisser de la place aux voitures à l'intérieur, c'était rude."

"Je pense que la voiture était bonne. Une fois à l'air libre, nous étions aussi rapides en pneus tendres que ceux aux avant-postes, je crois. Nous étions 18e (sic) et nous sommes parvenus à revenir à la 10e place, ce qui est une remontée respectable. Nous avons contenu une AlphaTauri et dépassé une McLaren. La course a été solide, c'est le mauvais départ qui nous a fait mal."

Lire aussi :

partages
commentaires
Wolff : Hamilton a des "pouvoirs de super-héros" depuis São Paulo
Article précédent

Wolff : Hamilton a des "pouvoirs de super-héros" depuis São Paulo

Article suivant

Ickx : "On a brisé l'élan essentiel de la combativité"

Ickx : "On a brisé l'élan essentiel de la combativité"
Charger les commentaires