Stroll : Les sauts sur les vibreurs m'ont "secoué le cerveau"

Le pilote Aston Martin, Lance Stroll, a déclaré après le GP de Monaco que ses passages sur les vibreurs du tracé lui avaient "secoué le cerveau" et a un temps cru devoir abandonner.

Stroll : Les sauts sur les vibreurs m'ont "secoué le cerveau"

Devenu bien malgré lui un mème de la communauté F1, au moment où la réalisation TV du Grand Prix de Monaco a fait le choix d'envoyer un long ralenti de l'un de ses passages sur les vibreurs de la Piscine alors même que se jouait dans la montée de Beau Rivage la cinquième position entre Sebastian Vettel et Pierre Gasly, Lance Stroll n'a par ailleurs pas vécu une épreuve de tout repos.

Par deux fois, le Canadien est donc passé sur le boudin jaune qui matérialise la limite intérieure du second virage de la chicane, évitant l'écueil d'un accident dans les rails à la sortie de cette section avant de finir à une intéressante huitième position après s'être élancé 12e.

"Ça m'a un petit peu secoué le cerveau", a-t-il déclaré en réponse à une question de Motorsport.com. "Ça m'a un peu surpris. Je pensais que ma journée était finie après le deuxième [passage]. La première fois, j'ai réussi à rattraper [la voiture] mais la deuxième fois, j'ai senti un gros coup à l'intérieur. Et nous savons tous comment ça se termine normalement. Donc j'étais assez content, j'ai utilisé mes jokers."

Lire aussi :

Côté stratégie, Stroll était inquiet de démarrer l'épreuve en pneus durs, notamment dans la phase de mise en températures de la gomme. "Ce n'était pas idéal mais je suis quand même bien parti. Et les pilotes en pneus tendres ne se sont pas trop échappés. Ce n'était pas aussi mauvais ou aussi dur que ce à quoi je m'attendais au début."

"Nous voulions atteindre le 50e ou le 60e tour avec les durs, en espérant un Safety Car ou que quelque chose se passe. Et nous avons juste réussi à faire l'overcut sur les autres, Esteban [Ocon] et [Antonio] Giovinazzi, grâce au rythme. Je ne m'attendais pas à ça avant la course. Je veux dire, je m'attendais à ce qu'ils aient un bon rythme lors du second relais, et que nous puissions bénéficier d'un Safety Car ou d'autre chose. Mais au final, nous avions tout simplement un bon rythme."

La seule crainte de Stroll a finalement été la menace d'une pénalité, qui ne s'est pas matérialisée, pour avoir touché la ligne de sortie des stands. L'écurie n'avait pas voulu le prévenir qu'une enquête était en cours pour éviter de le déconcentrer, mais le pilote l'a appris de lui-même sur un écran géant dans la montée vers Massenet.

"Je savais que c'était limite, mais je pensais que j'étais en lutte avec Ocon, j'ai entendu 'racing Ocon', donc j'ai attaqué assez fort, mais en fin de compte nous avions quelque chose comme six secondes d'écart quand je suis sorti des stands."

"En fait, ils ne me l'ont pas dit à la radio, mais je l'ai vu sur le Jumbotron [l'écran géant] quand je pilotais. J'ai vu 'sous enquête'. J'ai fait de bons tours pour cette raison, je ne savais pas, mais j'avais comme 30 secondes [d'avance] à la fin par rapport aux voitures derrière, donc une pénalité de dix secondes aurait quand même été OK."

Avec Adam Cooper

partages
commentaires

Related video

Binotto salue la présence de Leclerc sous le podium à Monaco

Article précédent

Binotto salue la présence de Leclerc sous le podium à Monaco

Article suivant

Ricciardo : "Je refuse de croire que je suis si lent"

Ricciardo : "Je refuse de croire que je suis si lent"
Charger les commentaires