Réactions
Formule 1 GP de Monaco

Nouveau zéro pointé pour Stroll après un "week-end de merde"

Lance Stroll a connu au Grand Prix de Monaco 2023 son troisième zéro pointé de la saison, au terme d'un week-end où il aura été très loin du compte.

Lance Stroll, Aston Martin AMR23, sort de piste

Le score de 1/10 de Lance Stroll dans nos Notes du Grand Prix de Monaco 2023 reflète un week-end très en deçà des attentes pour le Canadien. Si la comparaison avec Fernando Alonso est, comme souvent depuis le début de la saison, peu flatteuse pour le fils de Lawrence Stroll, il n'aura pas vraiment servi sa cause au terme des trois journées de compétition dans les rues de la Principauté.

L'élimination en Q2, en échouant à cinq dixièmes de son équipier au volant d'une AMR23 qui avait visiblement le potentiel pour priver Max Verstappen de la pole position, a évidemment joué un grand rôle dans la suite, mais la 14e place sur la grille ne condamnait pas forcément à une mauvaise course, même si entrer dans le top 10 allait être un défi.

Stroll a toutefois hypothéqué ses maigres chances dès le premier tour, en tentant un improbable extérieur à l'épingle sur Alex Albon, d'autant plus improbable que l'espace dans lequel il s'est engouffré était déjà très étroit et se refermait. Par la suite, en dépit des contacts avec la Williams et les barrières, il a de nouveau tenté de se maintenir sur l'intérieur dans le virage suivant, ce qui a entraîné un second contact avec la Williams et endommagé légèrement son aileron avant.

Resté en piste mais relégué au 17e rang, il a ensuite subi le calvaire typique de Monaco : être bloqué derrière un train de voitures indépassables à bord d'une monoplace qui, même avec ses dégâts, les effaceraient en quelques tours sur la plupart des autres circuits du calendrier. Il est tout de même parvenu à grappiller quelques positions, avec notamment un bel intérieur sur Logan Sargeant, certes en perdition, à la Rascasse.

Au volant d'une F1 visiblement en proie à des problèmes dans la phase de freinage, il a par la suite été victime d'un tout droit sur une piste humide à Mirabeau Haut (il n'a pas été le seul) puis a rendu un hommage appuyé à Corynne Charby entre l'épingle et Mirabeau Bas, ce qui a entraîné son abandon au 53e tour.

Toujours peu disert dans ses interventions, il s'est contenté d'expliquer, pour Canal+ : "J’avais un problème avec les freins, je n’arrivais pas à arrêter la voiture." Puis quand la question des conditions d'adhérence et de la pluie lui a été posée, il a lancé avec un sourire : "Je sais pas, c’était un week-end de merde."

Un peu plus loquace et policé dans le communiqué publié par son équipe, il ajoute : "En toute honnêteté, ce n'était pas une course dont on se souviendra. Le premier tour a été assez mouvementé : beaucoup d'accrochages, beaucoup de fibre de carbone qui volait partout ! Ces contacts ont endommagé la voiture, mais j'ai tout de même pu attaquer certaines des monoplaces qui me précédaient. Et j'ai réussi quelques dépassements, ce qui était amusant."

"Mais j'avais déjà un peu de mal à ralentir la voiture avant même l'arrivée de la pluie ; ensuite, quand il a commencé à pleuvoir, les problèmes de freinage m'ont empêché de stopper la voiture. Je crois que j'ai heurté le mur environ cinq fois, mais ce n'était pas mon jour."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Norris place Alpine "nettement devant" McLaren après Monaco
Article suivant Vasseur : "On ne voyait pas la pluie sur le radar"

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse