Symonds ravi du retour de Manor, des "racers old-school"

Jour après jour, le retour de Marussia en Formule 1 sous son nom d'origine, Manor GP, se précise

Jour après jour, le retour de Marussia en Formule 1 sous son nom d'origine, Manor GP, se précise.

C'est notamment grâce au soutien de Ferrari et de McLaren que l'écurie pourrait surmonter ses difficultés et préparer une monoplace adaptée à la réglementation 2015 pour le Grand Prix d'Australie, ou pour une course ultérieure si le temps est trop limité pour arriver à Melbourne. Manor a déjà fait signer un pilote, en la personne de Will Stevens : les pièces du puzzle devraient être bientôt assemblées.

Cela ne manque pas de faire la joie de Pat Symonds, qui fut consultant pour l'écurie de 2011 à 2013. Non seulement le retour de ses anciens collègues le réjouit, mais il ne manque pas de rappeler le fait qu'il a fait ses premiers pas en Formule 1 dans une petite équipe qui est désormais Lotus...

"Je suis vraiment content de voir qu'ils vont arriver à Melbourne", se délecte Symonds. "Je pense que nous avons besoin d'équipes comme cela. En 1981, j'ai débuté dans une petite équipe appelée Toleman. Nous étions vingt et nous ne savions pas vraiment ce que nous faisions, mais cette équipe est finalement devenue Benetton, puis Renault, puis Lotus. Ce serait vraiment dommage que ces équipes n'aient pas leur chance".

Manor : des "racers old-school"

"J'ai travaillé avec eux pendant un moment et j'ai beaucoup de respect pour ce qu'ils essaient de faire", poursuit le Britannique. "Ce sont des racers old-school qui ne vont pas par quatre chemins, ils veulent faire la course, la politique ne les intéresse pas. Ils veulent juste prendre la piste et faire la course. C'est très, très difficile, ce sera bien mieux s'ils réussissent. C'est vraiment génial".

Malgré cette résurrection inespérée, le bilan des quatre nouvelles équipes admises en 2010 est peu flatteur : USF1 n'a jamais vu le jour, HRT a mis la clé sous la porte après trois saisons, tout comme Lotus/Caterham après cinq campagnes. Manor/Virgin/Marussia est la seule écurie à avoir marqué des points, non sans chance.

"Je pense que la principale barrière est le professionnalisme incroyable de la Formule 1", estime Symonds. "Si on prend une écurie comme Manor ou Caterham, c'étaient des équipes qui avaient 300 employés comme Caterham, 200 et quelques, quelque chose comme ça. Ils n'avaient tout simplement pas ce qu'il faut pour une organisation de cette taille-là, pour avoir toute l'attention qui doit être portée aux détails, pour courir en Formule 1. C'est quelque chose de très difficile".

Adapter la MR03 à la réglementation 2015 est une chose, mais rattraper le retard sur les autres écuries en est une autre. La guerre du développement sera ardue pour Manor, surtout dans un contexte où l'équipe a vendu son usine de Banbury à Haas. En se présentant sur la grille, Manor remportera une bataille, mais pas la guerre, même si la disparition définitive de Caterham assure à l'écurie sa présence dans le top 10, et les primes de 38 millions d'euros qui vont avec jusqu'en 2016.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Will Stevens
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités