Technique F1 - Quel est "l'un des grands défis de ce siècle"?

La pression des motoristes et de certains partenaires techniques sur le sport est grande du fait des intérêts commerciaux dictant leur implication dans le sport

Thomas Weber, membre du board Daimler et responsable R&D chez Mercedes, explique que les moteurs F1 actuels délivrent exactement ce dont la compagnie a besoin pour justifier son investissement.

"Nous faisons tout ce qui est possible pour maintenir notre position dans le championnat F1, mais de la même manière, lorsqu'il s'agit de business routier, il faut voir comment faire pour amener les idées de la F1 aussi vite que possible dans le business des produits routiers", juge-t-il.

Les régulations liées à l'efficacité des moteurs en termes de consommation de carburant sont également essentielles pour permettre aux géants de l'industrie d'avoir une tribune de communication auprès des masses et de justifier leur présence en F1. Le sport n'est plus une industrie totalement décomplexée et la communication, selon de nombreuses compagnies, se doit d'être faite autour de thématiques "durables" et "éthiques".

Pour des marques comme Renault, l'engagement doit également être synonyme de retour sur investissement, soit en termes de réputation, soit grâce aux ventes directes. 

 

100kg de carburant par Grand Prix? Une prouesse technique valorisable

"Nous réalisons ce genre de transfert technologique [dans l'industrie], particulièrement depuis les nouvelles règles de distribution de puissance, de technologie hybride et d'utilisation de 30% de carburant de moins; le tout en conservant vitesse et capacités d'exploitation similaires", poursuit avec conviction Thomas Weber.

"C'est formidable. Ce genre d'idée, de réduire les moteurs et d'utiliser la puissance électrique et les batteries, est exactement ce dont nous avons besoin pour les produits routiers. Ces technologies sont aussi nécessaires pour aller dans le sens des règles intransigeantes sur les émissions carbone de par le monde".

 

Réduire les moteurs et utiliser la puissance électrique et les batteries, est exactement ce dont nous avons besoin pour les produits routiers

Mercedes Benz

 

Bientôt un autre virage technologique

"Les prochains domaines d'optimisation recherchés par les constructeurs automobiles concerneront bientôt la connectivité, ce qui sera également quelque chose qui boostera Mercedes, grâce à une nouvelle relation avec le géant de la technologie mobile Qualcomm", indique Weber.

 

"C'est l'un des grands défis de ce siècle", n'hésite-t-il pas à clamer. "C'est la clé pour tous les consommateurs. Ils utilisent leur smartphone tous les jours et nous cherchons des opportunités sur comment progresser dans ce domaine".

Le chargement en wireless, déjà expérimenté justement avec Qualcomm en Formule E, intéresse la F1. La technologie peut également permettre de modifier grandement le transfert de données entre les autos et le muret des stands. Tout développement réalisé dans le sport peut ensuite se transposer dans les produits commercialisés au grand public.

"Il ne s'agit pas simplement d'un partenariat dans le sens traditionnel du terme, mais d'un partenariat technique qui non seulement fera accélérer une F1, mais pourra également se transposer à l'automobile routière", assure lui aussi Toto Wolff, Directeur de l'Equipe Mercedes. "Il y a tellement de zones de collaboration potentielles! Je peux vous dire qu'il y a énormément d'innovation et de potentiel dans cette relation. Nous sommes curieux pour tout ce qui est innovant et peut nous faire progresser et aller plus vite dans le futur".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Analyse
Tags mercedes benz, qualcomm, technologie, unité de puissance, wireless