Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Technique - McLaren imite Red Bull qui imite Ferrari

partages
commentaires
Technique - McLaren imite Red Bull qui imite Ferrari
Matt Somerfield
Par : Matt Somerfield
Co-auteur: Giorgio Piola
12 avr. 2018 à 05:45

Lors de son arrivée à Melbourne pour y disputer le Grand Prix d’Australie, la McLaren MCL33 était dotée d’une configuration aérodynamique assez semblable à celle de sa devancière.

Cette dernière était extrêmement efficace dans les virages, ce qui a incité l’équipe à faire évoluer ce design. Selon les ingénieurs, il ne fallait rien changer de majeur. À cause d’ennuis de refroidissement, les préparatifs hivernaux de McLaren ont été plus complexes que prévu, ce qui a causé un léger retard.

À Melbourne, la McLaren était dotée de quelques modifications dans la zone du fond plat située devant les pneus arrière et au niveau du diffuseur. Mais rien de conséquent. En revanche, certaines nouveautés ont été introduites à l’occasion du Grand Prix suivant, organisé à Bahreïn.

Modifications de l’aileron avant

Aileron avant de la McLaren MCL33

Les deux McLaren disposaient d’un aileron avant caractérisé par des montants modifiés, destinés à limiter le flottement à haute vitesse ; phénomène qui peut nuire à la performance aérodynamique de la partie arrière de la monoplace.

Limiter le flottement est important dans le but d’optimiser le vortex Y250, qui joue un rôle majeur dans la formation des divers flux d’air qui alimentent l’arrière de la voiture.

Comme un air de Red Bull

McLaren a aussi piqué certaines idées à Red Bull Racing, vues sur ses RB13 à la fin de la saison 2017.

Lors de sa présentation, nous avions été étonnés de constater à quel point les dérives latérales, les déflecteurs et le rebord du fond plat de la MCL33 étaient simples par rapport aux artifices des autres monoplaces.

Et si l'on compare la McLaren à la Red Bull, deux monoplaces qui utilisent le même moteur Renault et disposent d’excellents châssis, il est forcé d’admettre que la MCL33 accuse un certain retard.

L’an dernier, Red Bull Racing a convaincu Adrian Newey de revenir passer du temps avec le staff technique afin d’améliorer la performance de la partie centrale de la RB13. Ainsi, des changements apportés aux pontons et aux déflecteurs latéraux ont permis à la RB13 d’inquiéter les Mercedes et les Ferrari en fin de saison.

Tout cela ne s’est pas fait en un jour. Il s’agissait d’un programme de développement en plusieurs étapes. Red Bull Racing a d’abord travaillé sur l’avant des pontons, puis des modifications aux dérives ont été apportées entre l’Australie et la Grande-Bretagne (inséré de droite, ci-dessous), et c’est en Hongrie que la modification majeure fut apportée.

Comparaison des pontons et des dérives de la Red Bull Racing RB13

Les RB13 ont adopté une toute nouvelle configuration en Hongrie. La carrosserie des pontons a été revue (flèche rouge), ce qui a non seulement amélioré le refroidissement, mais aussi résolu certains problèmes aérodynamiques.

On a aussi vu apparaître trois arêtes sur le bord d'attaque du fond plat (flèche bleue, ci-dessus), une solution imaginée par Mercedes. Ces arêtes réduisent les turbulences créées par les pneus avant. On retrouve maintenant cette solution technique sur plusieurs autres voitures.

Comparaison des déflecteurs de la Red Bull RB13 et de la Ferrari SF70H
Comparaison des déflecteurs de la Red Bull RB13 et de la Ferrari SF70H

Photo de: Giorgio Piola

Lors du Grand Prix de Singapour l’an dernier, Red Bull Racing a inauguré ce nouveau design de déflecteur qui ressemblait à s’y méprendre à celui de la Ferrari SF70H (ci-dessus). Ceci avait fait dire à Sebastian Vettel que Red Bull avait copié cet artifice de sa Ferrari.

Comparaison du déflecteur de la McLaren MCL33
Comparaison du déflecteur de la McLaren MCL33

Photo de: Mark Sutton

À Bahreïn, la McLaren de Fernando Alonso était dotée d’un déflecteur qui, peut-être par hasard, ressemblait beaucoup à celui introduit par Ferrari, puis copié par Red Bull Racing l’an dernier.

On peut supposer que McLaren accélère le développement de sa MCL33 et que l’équipe britannique va suivre le même chemin que celui emprunté par Red Bull Racing l’an dernier. Toutefois, cela risque de prendre un peu de temps.

On comprend ainsi mieux les propos émis par Alonso, qui ne parle pas de miracle instantané mais d’un long travail de développement qui durera au moins huit semaines dans le but de débloquer tout le potentiel de cette McLaren-Renault.

 
Prochain article Formule 1
Force India n'a pas vu venir Toro Rosso

Previous article

Force India n'a pas vu venir Toro Rosso

Next article

Photos - Donington 1993, la leçon pluvieuse de maître Senna

Photos - Donington 1993, la leçon pluvieuse de maître Senna

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Matt Somerfield
Type d'article Analyse