Les secrets du volant de la Mercedes W10

partages
commentaires
Les secrets du volant de la Mercedes W10
Par :
13 mars 2019 à 14:30

Le volant d’une Formule 1 est à la fois une pièce d’orfèvrerie et un ordinateur aux fonctions complexes. Décryptage de cette petite merveille, avec celui de la Mercedes W10.

Lewis Hamilton et Valtteri Bottas de l'écurie Mercedes AMG disposent chacun de trois ou quatre volants pour disputer une saison complète. La fabrication d'un volant nécessite environ 80 heures de travail. Les centaines de pièces qui le composent sont essentiellement fabriquées en fibre de carbone et de verre, en silicone, titane et cuivre.

Presque toutes ces pièces sont produites par Mercedes, y compris la coquille en carbone, les palettes, le dispositif de fixation et les connecteurs électriques. Seuls le circuit intégré et l’écran à cristaux liquides sont fournis par un sous-traitant. Le volant de la W10 est extrêmement similaire à celui de l’an dernier, mais on peut toutefois noter quelques différences entre le dessin technique et la photo du haut.

Lire aussi :

Le volant possède 25 boutons et interrupteurs en plus des palettes d’embrayage et de changement de vitesses. Cinq boutons servent à modifier le freinage de la voiture. Le pilote peut ainsi changer la répartition du freinage d’avant en arrière et vice-versa, optimiser le freinage pour un virage précis, modifier l’intensité du frein-moteur et ajuster le changement dynamique du freinage.

Trois molettes modifient le comportement du différentiel, ou l’intensité du couple moteur transmis aux roues arrière, pour l’entrée du virage, le point de corde et la sortie. Les autres boutons servent à changer l’affichage du tableau de bord, modifier les réglages de l’unité de puissance, activer la radio, le limiteur de vitesse dans la pitlane ou le DRS.

La molette de réglage “STRAT”, pour stratégie, est importante. C’est elle qui détermine la performance globale de la voiture. Cette molette contrôle les modes de fonctionnement de l’unité de puissance et agit sur la performance du moteur à combustion interne ainsi que sur le déploiement de l’énergie électrique et sa récupération. Puisqu’une stratégie agressive va générer plus de puissance et consommer plus de carburant, elle affecte aussi la fiabilité du moteur. Ainsi, les ingénieurs vont indiquer aux pilotes quand et comment ils doivent ajuster cette molette “STRAT” durant la course.

Lire aussi :

Durant un tour du circuit urbain d’Albert Park à Melbourne, Hamilton et Bottas vont changer de rapports à 50 reprises avec les palettes du volant. Pour savoir quand changer de rapport, ils suivent l’illumination de 15 diodes électroluminescentes situées en haut du volant.

Le volant est en perpétuelle évolution. Les pilotes demandent des modifications quant à la forme de la prise des mains ou à l’emplacement de certains boutons pour en faciliter la manipulation, car à plus de 300 km/h, ils doivent savoir d’instinct où ils se situent.

De plus, le passage des bosses des circuits et les vibrations ne facilitent pas vraiment la manipulation des boutons et molettes. Pour cette raison, ces derniers proviennent de l’aéronautique et procurent un bon feeling aux pilotes en plus d’être robustes. Il arrive que l’écurie fixe un anneau de protection en plastique autour de certains boutons névralgiques pour éviter que le pilote n’appuie dessus par erreur. Si cela arrive, les ingénieurs vont immédiatement contacter le pilote par radio pour lui signifier ou bien un message d’alerte va s’afficher sur l’écran.

Les boutons sur le volant de la Mercedes W10

 
Dessin du volant de la Mercedes AMG F1 W09

1. Activation du DRS

2. Contrôle les capteurs de l’unité de puissance et de la voiture

3. Sélection le point mort de la boîte de vitesses

4. Limiteur de vitesse dans la pit lane

5. Confirmation d’un arrêt au stand

6. Molette de réglage du fonctionnement du différentiel

7. Ajuste l’intensité de frein-moteur

8. Ajuste la répartition du freinage

9. Marqueur qui identifie un événement à noter

10. Sert à accepter un mode sélectionné par le bouton 2

11. Sélectionne le mode départ de course

12. Actionne la radio

13. Molette “STRAT” qui modifie les réglages de l’unité de puissance

14. Molette de changement des pages du menu affiché

15. Molette de réglage de l’unité de puissance et du mode de récupération d’énergie

16. Diodes indiquant le régime moteur

17. Palettes de changements de rapports

Article suivant
Räikkönen avait signé avec Ferrari dès 2005

Article précédent

Räikkönen avait signé avec Ferrari dès 2005

Article suivant

Les évolutions Honda ont contribué à celles du carburant chez Red Bull

Les évolutions Honda ont contribué à celles du carburant chez Red Bull
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur René Fagnan
Be first to get
breaking news