Todt et Brawn unanimes sur la solution pour attirer des équipes en F1

partages
commentaires
Todt et Brawn unanimes sur la solution pour attirer des équipes en F1
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
11 avr. 2017 à 07:00

La capacité de la Formule 1 à attirer de nouvelles écuries pour augmenter le nombre de voitures sur la grille passe par une refonte complète de la manière dont sont distribués les revenus.

Roberto Merhi, Manor Marussia F1 Team
Alain Prost, conseiller spécial Renault Sport F1 Team RS17 avec Jean Todt, président de la FIA et Jérôme Stoll, président de Renault Sport F1
Kamui Kobayashi, Caterham CT05
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Ross Brawn, manager sportif de la F1
Will Stevens, Caterham CT05
Will Stevens, Caterham F1 Team
Will Stevens, Manor Marussia F1 Team
Pedro De La Rosa, HRT Formula 1 Team devance Charles Pic, Marussia F1 Team

Depuis son rachat de la Formule 1, Liberty Media a évoqué à de nombreuses reprises son intention de revoir entièrement le système de redistribution des revenus entre les écuries. Très critiqué, ce système basé sur les Accords Concorde – en vigueur jusqu'en 2020 – entre chaque équipe et le Formula One Group garantit des bonus importants à certaines écuries, creusant davantage le fossé entre les top teams et les petites structures.

Les textes officiels prévoient une capacité de 26 monoplaces en Formule 1, mais cette saison, seulement dix équipes sont engagées. Une situation qui, selon Jean Todt, président de la FIA, ne pourra pas s'améliorer sans une refonte complète de la méthode de redistribution des revenus. "La seule manière de combler [les places vides] passe probablement par une distribution différente des revenus, qui n'est pas un problème dépendant de la FIA", prévient-il. "C'est un problème, mais nous ne sommes pas impliqués pour négocier sur ce sujet."

Fervent défenseur d'une réduction drastique des coûts en F1, Jean Todt rappelle également sa position sur ce sujet crucial à prendre en compte pour attirer de nouvelles équipes en F1. "Pour moi, et c'est quelque chose que j'ai exprimé à de nombreuses reprises, la Formule 1 est le pinacle du sport automobile, c'est un grand spectacle, mais qui coûte beaucoup trop d'argent", insiste-t-il. "Nous devons regarder comment rendre la discipline plus abordable."

L'exemple du football américain

La conviction du président de la FIA est partagée par Ross Brawn, récemment nommé manager sportif de la Formule 1. Pour le Britannique, il ne fait aucun doute qu'une refonte du système de redistribution des revenus serait bénéfique à l'ensemble de la catégorie reine.

"Les coûts sont très importants", souligne-t-il auprès de Motorsport.com. "Mes confrères [chez Liberty Media] ont été élevés dans une culture où les équipes sportives sont des entreprises rentables. Nous devons essayer de changer les choses pour modifier le business model pour les équipes qui ne sont pas des constructeurs. Nous voulons des constructeurs, nous voulons leur soutien, mais nous voulons rendre le business model viable pour des équipes qui ne sont pas des constructeurs."

"Si l'on regarde les équipes de NFL [le football américain], il y a ce qu'ils appellent leur valeur résiduelle. Je crois que [la valeur des] Dallas Cowboys est proche de la valeur totale de la Formule 1 ; ça n'a pas de sens, non ? Il y a eu une période, dans le football américain, où il y avait un système de récompense faussé, et les deux meilleures équipes recevaient la majorité de l'argent, tandis que les autres étaient en difficulté. Et les deux meilleures équipes ont sacrifié leur position pour trouver une solution équitable."

"Lorsque cela a été couronné de succès, c'était encore mieux car le succès était réparti [entre les équipes], et les revenus de ces deux meilleures équipes ont dépassé ce qu'ils avaient auparavant car la discipline a encore mieux fonctionné. Y a-t-il une leçon à retenir pour nous ?"

Propos recueillis par Jonathan Noble

Sondage mondial des fans 2017
Article suivant
"Solide potentiel" mais week-end "frustrant" pour Renault

Article précédent

"Solide potentiel" mais week-end "frustrant" pour Renault

Article suivant

Horner : Verstappen a un "sixième sens" sur piste humide

Horner : Verstappen a un "sixième sens" sur piste humide
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jonathan Noble