Todt - Critiquer la F1 serait envoyer "le mauvais message"

partages
commentaires
Todt - Critiquer la F1 serait envoyer
Par : Basile Davoine
2 févr. 2017 à 11:30

Alors que la Formule 1 entre dans une ère nouvelle, suite à la prise de pouvoir de Liberty Media, Jean Todt a tenu à défendre la discipline face aux critiques récurrentes dont elle fait l'objet.

Jean Todt, Président de la FIA, Alejandro Agag, PDG de la Formule E, Zak Brown, Président du Motorsport Network et Avin Arumugam, Visa
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid au départ de la course
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid au départ de la course
Jean Todt, président FIA
Winner Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Chase Carey, Président du Formula One Group avec Bernie Ecclestone et Christian Horner, Team Principal Red Bull Racing
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Jenson Button, McLaren MP4-31

Nouveau PDG du Formula One Group, Chase Carey a été le premier à admettre qu'il y avait de nombreux points à améliorer, alors qu'un nouvel organigramme a été mis en place autour de lui, avec les arrivées de Sean Bratches et Ross Brawn. Un discours que ne partage pas le président de la FIA, estimant que ce serait envoyer un "mauvais message".

Ces trois dernières saisons, la domination sans partage de Mercedes a notamment engendré de nombreuses critiques, mais Todt rappelle que la catégorie reine a régulièrement vu son histoire se bâtir sur des cycles similaires.

"Pour moi, la Formule 1 est très grande", a déclaré Jean Todt lors d'une conférence à Düsseldorf. "Le championnat dont nous avons bénéficié l'an dernier était un combat jusqu'au dernier virage."

"Je crois que ce serait le mauvais message [de critiquer la F1]. Nous devons avoir un sport qui est imprévisible. Peut-être que, parfois, les gens se plaignent que la domination de Mercedes ces dernières années crée du désintérêt, mais ça fait partie de l'histoire de la Formule 1. En ce moment, il y a la domination de Mercedes, avant c'était Red Bull, encore avant c'était Ferrari, c'était McLaren, Williams, Lotus… ça fait partie de l'histoire. Ça arrive dans d'autres sports, regardez l'athlétisme, regardez le football… il y a de la domination."

"Si vous voulez stopper la domination, vous devez être meilleur. Nous devons féliciter Mercedes et espérer que les autres seront capables de faire quelque chose d'encore meilleur."

Liberty génère une attente énorme

Cette année, la mise en place d'une nouvelle règlementation technique a également le pouvoir de susciter un regain d'incertitude. L'impatience est grande de voir les nouvelles monoplaces être présentées, avant qu'elles prennent la piste à Barcelone pour les essais hivernaux. Néanmoins, ce n'est que lors des premiers Grands Prix que ce changement de règlement livrera son verdict.

"Il y a de nouvelles règles cette année, et l'idée est d'avoir des voitures avec plus d'appui, plus larges et plus rapides", rappelle Jean Todt. "Je ne sais pas ce que ça signifiera en piste, mais à mon avis nous ne devons pas attendre les essais, qui débuteront à la fin du mois, mais plutôt la première course à Melbourne, à la fin du mois de mars."

Quant à l'aspect extra-sportif, notamment le rapprochement avec les fans et la communication, la FIA y sera très attentive et a toute confiance en l'expertise de Liberty Media dans ce domaine.

"Il y a énormément d'attente, et je suis certain que Liberty Media ouvrira différents accès à travers différents types de communication, ce qui encouragerait probablement de nouveaux fans à venir vers la Formule 1", estime Jean Todt. "Bien sûr, en tant que régulateur et législateur de la Formule 1, nous nous réunirons avec les nouvelles personnes et les équipes pour voir ce que devrait être la vision pour le futur et pour rendre la discipline meilleure." 

Prochain article Formule 1
Des F1 encore plus lourdes que prévu en 2017

Previous article

Des F1 encore plus lourdes que prévu en 2017

Next article

Sirotkin devrait rester chez Renault malgré le départ de Vasseur

Sirotkin devrait rester chez Renault malgré le départ de Vasseur

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités