Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Le top 10 des voitures conçues par Adrian Newey

partages
commentaires
Le top 10 des voitures conçues par Adrian Newey
Par :
Co-auteur: Fabien Gaillard
16 déc. 2018 à 17:16

Adrian Newey est l'un des plus grands concepteurs de notre époque et son travail a touché la Formule 1, l'IndyCar et l'Endurance. En F1, ses designs ont remporté plus de 150 Grands Prix et dix titres constructeurs avec trois équipes. Voici le top 10 de ses voitures.

Cliquez sur chaque photo pour passer à la suivante.

Diapo
Liste

10. March 85C - 1985

10. March 85C - 1985
1/10

Photo de: LAT Images

Après avoir conçu les voitures de sport de March les années précédentes, Newey a prouvé son génie pour les monoplaces avec cette Indy cliente qui fut un succès auprès des équipes, et remporta les 500 Miles d'Indianapolis (la fameuse victoire de Danny Sullivan après son tête-à-queue en 1985). Les voitures suivantes ont également été appréciées, le plaçant sur le radar de la F1.

9. March 881 - 1988

9. March 881 - 1988
2/10

Photo de: Sutton Motorsport Images

Sa première Formule 1 a dépassé les attentes et mis haut la barre en termes d'aérodynamisme (voyez ce nez et ces plaques d'extrémité sculptées) et de configuration compacte, enfermant Ivan Capelli et Mauricio Gugelmin dans le plus petit cockpit possible. Ce dont le moteur V8 Judd manquait dans les lignes droites par rapport aux turbos, les pilotes pouvaient le rattraper en virage. Capelli a d'ailleurs été le seul pilote non-turbo à mener un tour durant toute la saison 1988, au Japon ; il a également signé deux podiums.

8. Red Bull RB6 - 2010

8. Red Bull RB6 - 2010
3/10

Photo de: Sutton Motorsport Images

La première dans la lignée des Red Bull championnes. Le niveau d'appui que Newey est parvenu à extraire par rapport aux rivaux a permis à Sebastian Vettel de remporter le premier de ses quatre championnats. Ce succès arriva au terme d'un final à suspense à Abu Dhabi, aidé notamment par l'erreur stratégique de Ferrari qui a coûté cher à un Fernando Alonso resté bloqué derrière la Renault de Vitaly Petrov. Il s'agit du début de l'ère Red Bull en F1.

7. Williams FW18 - 1996

7. Williams FW18 - 1996
4/10

Photo de: Sutton Motorsport Images

Après la déception d'avoir été surpassé par Michael Schumacher et Benetton lors des deux saisons précédentes, le passage de l'Allemand chez Ferrari a ouvert la porte à Damon Hill. La FW18 avait un diffuseur astucieux et a remporté 12 des 16 courses au calendrier, le rookie Jacques Villeneuve luttant jusqu'au bout contre son équipier. Newey allait quitter l'équipe avant la fin de la saison, pour rejoindre McLaren, mais pas avant d'avoir conçu la FW19, qui offrira le titre 1997 à Jacques Villeneuve l'année suivante.

6. McLaren MP4/20 - 2005

6. McLaren MP4/20 - 2005
5/10

Photo de: Sutton Motorsport Images

Même si cette voiture n'a remporté aucun titre, elle a gagné plus de courses que la concurrence en 2005. Des défaillances techniques – surtout en début de saison – ont coûté cher à Kimi Räikkönen. Juan Pablo Montoya a signé trois succès en plus des sept du Finlandais. Malgré un regain de forme en fin de saison, avec six victoires sur les sept derniers GP, Räikkönen ne pourra faire mieux que la place de vice-Champion derrière Alonso.

5. Red Bull RB7 - 2011

5. Red Bull RB7 - 2011
6/10

Photo de: Sutton Motorsport Images

Après son premier titre en 2010, Red Bull a encore fait plus fort, en remportant 12 des 19 courses en 2011, permettant à Vettel d'empocher aisément son second titre. Seule la McLaren de Lewis Hamilton empêchera (en Corée du Sud) Red Bull de réaliser 100% de pole positions. Au championnat constructeurs, l'écurie l'emporta avec plus de 150 points d'avance.

4. Williams FW14B - 1992

4. Williams FW14B - 1992
7/10

Photo de: LAT Images

Après avoir joint ses forces au légendaire directeur technique de Williams Patrick Head, le génie aérodynamique de Newey porte ses fruits. Suite à une année 1991 perclus de problèmes de fiabilité, où la FW14 s'est avérée rapide mais incroyablement fragile, la version 14B – avec sa suspension active – a permis à Nigel Mansell de dominer le Championnat du monde 1992. Le Britannique signait ce qui était alors un record avec neuf victoires, ainsi que le titre, quand son équipier Riccardo Patrese en remportait une.

3. McLaren MP4/13 - 1998

3. McLaren MP4/13 - 1998
8/10

Photo de: LAT Images

L'arrivée de voitures plus étroites et de pneus rainurés en 1998 a permis à Newey de prendre une longueur d'avance sur ses concurrents en F1, et avec la MP4/13, il a tout bien fait. Il a abaissé le centre de gravité de la voiture pour minimiser le transfert de poids. Bien que Schumacher ait poussé Mika Häkkinen dans la lutte pour le titre, les huit victoires du Finlandais l'ont propulsé vers son premier sacre. Et la voiture était superbe, aussi, avec cette livrée argentée.

2 Red Bull RB9 - 2013

2 Red Bull RB9 - 2013
9/10

Photo de: Sutton Motorsport Images

L'apogée de l'ère Red Bull, et une monoplace parfaite pour finir l'ère du V8. Vettel devenait alors le troisième pilote de l'Histoire de la F1 à remporter quatre titres consécutivement, terminant la saison sur une série de neuf succès de rang, après avoir déjà remporté quatre victoires lors de la première moitié de saison. La voiture était si bonne que la rumeur évoquait un traction control lié au KERS, des cartographies moteur spécifiques et un fond plat flexible – ce qui avait d'ailleurs entraîné le renforcement des tests de flexibilité par la FIA.

1 Williams FW15C - 1993

1 Williams FW15C - 1993
10/10

Photo de: LAT Images

Reprenant là où la FW14B s'était arrêtée, il s'agit peut-être de la F1 la plus technologiquement avancée de l'Histoire. Contrairement à sa devancière, elle a été conçue dès le début avec la suspension active, permettant à Newey de revoir son package aéro et de réduire la zone frontale. Cela a dégagé la voie pour un aileron arrière plus grand sur les piste à fort appui. L'ABS était également disponible et le système de suspension active permettait même aux pilotes, Alain Prost et Damon Hill, d'ajuster l'inclinaison de la voiture dans les lignes droites pour éliminer la traînée du diffuseur afin de les aider à dépasser (le DRS avant l'heure, en somme). Prost a remporté son quatrième et dernier titre mondial avant de prendre sa retraite, alors que Hill a signé ses trois premiers succès en discipline.

Article suivant
Ricciardo s'attendait à une plus mauvaise relation avec Verstappen

Article précédent

Ricciardo s'attendait à une plus mauvaise relation avec Verstappen

Article suivant

C'était un 16 décembre : la mort de Colin Chapman

C'était un 16 décembre : la mort de Colin Chapman
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , IndyCar , IMSA
Pilotes Adrian Newey
Auteur Charles Bradley