Tost : Le personnel mécontent d'un calendrier de 23 GP "doit partir"

Franz Tost, le directeur d'AlphaTauri, n'affiche pas vraiment d'empathie envers le personnel de la F1 qui peut souffrir des contraintes des calendriers de plus en plus longs.

Tost : Le personnel mécontent d'un calendrier de 23 GP "doit partir"

Dans quelques jours, la F1 devrait dévoiler un calendrier 2022 record qui s'étirera vraisemblablement de la mi-mars à la mi-novembre. Ce sont 23 Grands Prix qui sont attendus, un chiffre et une densité d'épreuves qui inquiètent au sein des écuries, le personnel faisant déjà face actuellement à des périodes compliquées mentalement et physiquement, et à des absences longues de leur domicile.

Toutefois, alors que cette problématique prend de plus en plus d'ampleur sur le plan médiatique et dans les discours des différents acteurs, Franz Tost, le directeur d'AlphaTauri, estime que les gens qui travaillent en Formule 1 doivent simplement accepter les contraintes de cette activité ou s'en aller.

Interrogé par Motorsport.com sur le stress potentiel imposé au personnel, Tost a répondu : "Nous savons maintenant que nous avons 23 courses. C'est fantastique, un bon travail de la FOM, et je suis impatient."

"En ce qui concerne les gens au circuit... Tout d'abord, nous sommes une équipe de course. Ils devraient tous être heureux que nous ayons autant de courses que possible et, bien sûr, nous prenons soin des gens, par exemple les mécaniciens après un week-end de course, ils ont trois ou quatre jours de repos où ils peuvent rester à la maison. Et aussi, la presse, le marketing, toutes les personnes qui sont sur le circuit ont quelques jours de libre après le week-end de course."

"Pour les ingénieurs, c'est un peu plus difficile, mais si je me souviens bien, autrefois, ils devaient aller faire des essais après le week-end de course, ce qui signifie qu'ils devaient aussi travailler sur place. Je pense que nous devrions tous être heureux d'être en mesure d'être en Formule 1 et d'avoir 23 courses. Et si quelqu'un n'aime pas ça, alors il doit partir."

Tous les responsables ne tiennent toutefois pas un discours aussi radical, à l'image d'Otmar Szafnauer, directeur d'Aston Martin. "C'est bien que nous ayons 23 pays ou 23 courses qui veulent que nous venions courir et représenter la Formule 1", a-t-il déclaré. "Cependant, il faut veiller sur toutes les personnes qui voyagent – les mécaniciens et les ingénieurs – et nous avons mis en place des systèmes à l'usine et sur le circuit pour rendre le voyage aussi confortable que possible pour eux."

"Cela inclut parfois une rotation des personnes et d'autres changements organisationnels à l'usine, de sorte que l'usine fasse davantage des tâches que les mécaniciens faisaient traditionnellement sur le circuit pour rendre le voyage un peu plus agréable pour eux. Nous nous occupons d'eux, y compris des problèmes de santé mentale. Nous avons également un médecin itinérant avec nous. Nous nous occupons d'eux du mieux que nous pouvons."

Lire aussi :

partages
commentaires
Alpine : L'écart Alonso-Ocon créé par de mauvais réglages

Article précédent

Alpine : L'écart Alonso-Ocon créé par de mauvais réglages

Article suivant

Qualifs - Hamilton prend le meilleur temps et Bottas la pole position !

Qualifs - Hamilton prend le meilleur temps et Bottas la pole position !
Charger les commentaires