Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
41 jours
C
GP du Portugal
30 avr.
Prochain événement dans
52 jours
09 mai
Prochain événement dans
58 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
97 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
114 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
132 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
146 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
174 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
181 jours
12 sept.
Course dans
188 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
202 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
205 jours
10 oct.
Course dans
216 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
230 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
237 jours

Travailler à distance sera "incroyablement difficile" pour les teams

Les dirigeants et ingénieurs d'écuries de Formule 1 vont-ils bientôt travailler à distance lors des week-ends de Grand Prix ? C'est une possibilité déjà étudiée, mais qui ne s'annonce pas facile...

Travailler à distance sera "incroyablement difficile" pour les teams

Le calendrier est de plus en plus chargé en Formule 1, et cela ne manque pas de compliquer la vie à ceux qui se rendent sur l'ensemble des Grands Prix au programme. Vingt-trois courses sont prévues pour la saison 2021, même s'il paraît déjà compliqué qu'elles aient toutes lieu, et Liberty Media (propriétaire de la F1) n'a pas caché son ambition d'atteindre 24, voire 25 épreuves à l'avenir.

Lire aussi :

Certaines écuries organisent d'ores et déjà une rotation de leur personnel pour répondre à cette nouvelle situation, par exemple Mattia Binotto, directeur de la Scuderia Ferrari, qui a fait l'impasse sur plusieurs déplacements en fin de saison dernière lors d'une campagne particulièrement chargée (17 Grands Prix en 23 week-ends). Toto Wolff a évoqué la possibilité de faire de même en 2021.

Certains ingénieurs pourraient également mener leurs tâches respectives à l'usine, ce qu'a fait Dave Robson, directeur performance chez Williams, au Grand Prix de Turquie l'an dernier. Cependant, lors d'une course particulièrement mouvementée dans des conditions imprévisibles, l'expérience ne lui a pas particulièrement plu.

"Je peux tout faire à distance, je suis parfaitement équipé, mais c'est incroyablement difficile", analyse Robson. "On se rend compte à quel point on manque de nuance, de nombreuses conversations, et comme c'est difficile de lier les choses. Ce n'est pas facile, surtout quand les conditions sont comme [en Turquie]. Si ç'avait été un week-end simple sur le sec, je pense que cela aurait été bien plus facile, en partie car je n'aurais pas ressenti le besoin de m'impliquer et en partie car je pense que cela aurait été plus facile avec moins de choses inhabituelles dont s'inquiéter."

An engineer at work in the garage

Toto Wolff, pour sa part, souligne que tout le monde ne peut pas se permettre de télétravailler et qu'il faudrait donc organiser un autre type de rotation, par exemple, pour les mécaniciens. "Il ne faut pas oublier que ceux qui travaillent le plus dur sont ceux qui installent les garages puis les démontent, et les mécaniciens qui font des nuits blanches si quelque chose tourne mal", rappelle le directeur de Mercedes. "Il faut se demander pendant combien de temps ce sera viable et s'il faut mettre en œuvre un système différent en ayant un deuxième équipage qui prenne le relais dans ces rôles les plus durs. C'est quelque chose que nous étudions actuellement."

Voilà en tout cas plusieurs années que les écuries développent leurs équipes d'ingénierie à distance lors des week-ends de Grand Prix, menant ainsi des discussions liées à la stratégie ou encore aux réglages, mais la F1 envisage d'y mettre un terme. Cependant, Dave Robson estime que la présence d'ingénieurs à l'usine dans ces moments-là n'est pas devenue indispensable.

"C'est possible de vivre sans. À une époque, ça n'existait pas, et l'équipe sur le terrain peut parfaitement maintenir la voiture dans la sécurité et la légalité, soit les deux choses les plus importantes. On peut donc faire sans tant que tout le monde suit les mêmes règles qu'à l'époque. Est-ce que ce serait mieux dans l'ensemble ? Je ne sais pas", conclut Robson.

partages
commentaires
Wolff a demandé conseil à Prost sur sa rivalité avec Senna

Article précédent

Wolff a demandé conseil à Prost sur sa rivalité avec Senna

Article suivant

Williams veut conserver "l'esprit familial" de ses racines

Williams veut conserver "l'esprit familial" de ses racines
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Benjamin Vinel