Trois courses en deux semaines en 2016, trop pour la F1?

Plus de courses aux dépens des employés des équipes? C'est le dilemme qui se pose pour le calendrier 2016, dans lequel sont prévus 21 Grands Prix, au grand dam des personnes qui travaillent en Formule 1.

Le calendrier annoncé au mois de juillet, approuvé par la Fédération Internationale de l'Automobile, comprenait ces vingt-et-une courses, mais avec une trêve estivale de seulement trois semaines. Insuffisant pour les équipes, qui ont demandé une trêve de quatre semaines.

Bernie Ecclestone a alors envisagé de repousser la deuxième moitié de saison d'une semaine... En organisant les Grands Prix de Singapour, du Japon et de Malaisie à la suite les uns des autres, soit trois courses en l'espace de deux semaines! Un périple de trois semaines pour les écuries et leurs employés, qui n'apprécient pas davantage cette solution.

"C'est facile pour les pilotes, mais c'est très différent pour les équipes," souligne Jenson Button. "Ces gens-là passent tant de temps loin de chez eux, et c'est très difficile non seulement pour leur conjoint, mais aussi pour leur famille."

"Avec tous les voyages, les valises à faire et à défaire pour ces courses-là, ce serait dur. J'ai le sentiment que trois courses consécutives, c'est trop pour la Formule 1."

Des trajets illogiques

On remarque évidemment qu'aller de Singapour au Japon pour ensuite revenir en Malaisie n'a que peu de sens, puisque Singapour et Kuala Lumpur ne sont séparés que par quelques centaines de kilomètres, mais les organisateurs de la course singapourienne ne souhaitent pas que la course malaisienne les suive d'une semaine seulement. 

Un autre obstacle est la présence du Grand Prix de Malaisie de MotoGP le 9 octobre : la F1 ne devrait donc pas s'y rendre à cette date, et accueillir les deux événements à une semaine d'intervalle pourrait poser des problèmes logistiques non-négligeables.

Une autre option aurait été de caler la Malaisie fin novembre pour mettre Abu Dhabi le 4 décembre, mais là, c'est la proximité avec Noël qui poserait problème.

"On penserait que Singapour et la Malaisie seraient consécutifs, on pourrait même aller de l'un à l'autre en voiture," estime Button. "Ce n'est qu'à 300 kilomètres. Si la course de Singapour était bonne, les gens seraient enthousiasmés et iraient en Malaisie. Cela fonctionnerait très bien."

Il est difficile de voir comment ce calendrier prendra forme, s'apparentant à un vrai casse-tête chinois... ou plutôt malaisien!

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button
Type d'article Actualités
Tags calendrier