Trois Rookies au révélateur de Monaco

En Formule 1, les Rookies n’ont pas la partie facile même s’ils accèdent de plus en plus souvent à la catégorie reine à un âge très jeune

En Formule 1, les Rookies n’ont pas la partie facile même s’ils accèdent de plus en plus souvent à la catégorie reine à un âge très jeune. La restriction des essais privés rend aussi les choses plus difficiles avant de sauter dans le baquet d’une F1 en compétition. A l’heure d’affronter un Grand Prix de Monaco qui n’a aucun égal au calendrier, l’expérience des uns et des autres pourrait donc faire la différence. Leur seul point commun : ils disputeront tous pour la première fois un Grand Prix de F1 dans les rues de la Principauté.

Des trois débutants cette saison en Formule 1, Marcus Ericsson est celui qui possède la plus grosse expérience à Monaco, avec quatre saisons de GP2 derrière lui. Il était notamment monté sur le podium en 2012. Il n’empêche qu’y piloter une Formule 1 sera autrement différent pour le Suédois, qui aura également une pensée pour son compatriote Ronnie Peterson, victorieux à Monaco il y a tout juste quarante ans et disparu tragiquement en course en 1978. « Je veux faire le meilleur boulot possible pour lui rendre hommage, à lui et à son héritage», confie Ericsson. « J’ai toujours dit que Ronnie m’avait inspiré, parce que de là où je viens en Suède, c’est le héros numéro un. »

A bord de sa Caterham, le rookie espère pouvoir profiter d’éventuelles circonstances qui joueraient en sa faveur. « C’est presque inévitable qu’il y a ait un nombre d’abandons plus élevé que lors des dernières courses. Cela pourrait nous donner une chance, mais nous devrons être là au bon moment et c’est ce sur quoi je veux me concentrer. »

Pour Kevin Magnussen, Monaco reste une expérience au goût d’inachevé. Sacré en Formule Renault 3.5 l’an passé, il n’était pas parvenu à l’emporter sur la manche monégasque, ni à monter sur le podium. « Ma course à Monaco l’année dernière était un peu une occasion manquée, en terminant seulement quatrième », se souvient-il. Ce qui ne l’empêche pas d’aborder cette première expérience avec beaucoup d’ambition, et la volonté de ne pas faire d’erreur. « Je veux faire une course propre et constructive ce week-end. Nous n’avons pas le rythme pour nous battre devant, mais où que je sois je suis déterminé à me battre. »

Finalement, le plus novice d’entre eux sera Daniil Kvyat, passé par le GP3 où il a été titré avant son accession en Formule 1. Une série qui ne propose aucun circuit urbain au calendrier. A 20 ans, le jeune russe fera donc une découverte totale dans les rues monégasques. « Pour moi Monaco sera une expérience absolument nouvelle. Pas seulement parce que je n’ai jamais couru là-bas, mais parce que je n’y suis tout simplement jamais allé », s’amuse-t-il. « Bien sûr j’ai regardé beaucoup de courses à Monaco à la télévision, et beaucoup de caméras embarquées. Mais ce sera vraiment un saut dans l’inconnu pour moi, même si j’y ai piloté avec le simulateur. Je n’ai jamais couru sur un circuit urbain. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Ronnie Peterson , Marcus Ericsson , Kevin Magnussen , Daniil Kvyat
Type d'article Actualités