Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse

Une troisième F1 par écurie sur certains GP ? Montoya soumet l'idée

Une troisième voiture par équipe lors de certains Grands Prix ? C'est l'idée que Juan Pablo Montoya propose pour augmenter le nombre de F1 sur la grille, sans ajouter de nouvelle écurie.

Lewis Hamilton, Mercedes W13, Lando Norris, McLaren MCL36, Pierre Gasly, AlphaTauri AT03, Mick Schumacher, Haas VF-22, sur la grille pour s'entrainer aux procédures de départ

Photo de: Carl Bingham / Motorsport Images

La FIA a indiqué en début d'année vouloir lancer un appel à candidatures pour des équipes intéressées par une arrivée en Formule 1 à l'avenir. Cette annonce est intervenue dans un contexte où deux entités ont fait part de leur volonté d'intégrer la discipline, à savoir d'un côté Andretti-Cadillac et de l'autre le milliardaire hongkongais Calvin Lo, alors même que des questions se posent sur l'avenir du projet porté par Porsche après l'échec des négociations avec Red Bull.

Toujours est-il que la question de l'augmentation du nombre d'équipes, et donc de la taille de la grille, n'est pas nouvelle et a gagné en intensité ces dernières saisons en raison de la popularité croissante de la F1 mais également de l'assainissement progressif des finances des écuries via la multiplication de mesures ayant un impact économique, au premier rang desquelles le plafond budgétaire. La dernière structure arrivée dans le Championnat du monde a été Haas en 2016, et avant cela trois équipes avaient intégré le paddock en 2010 mais avec des fondations bien moins solides, disparaissant toutes progressivement du paysage de la discipline sans marquer les esprits.

Interrogé dans le cadre d'un entretien exclusif avec Motorsport.com, Juan Pablo Montoya ne s'est pas réellement montré favorable à ce que la grille de la Formule 1 aille au-delà des dix équipes actuelles. Et pour lui, augmenter le nombre de voitures par ce moyen sera surtout vécu comme un risque pour les acteurs en place : "Qu'est-ce que ça apporte ? Si vous regardez une course de F1, la moitié des voitures ne sont même pas montrées à la télévision. Disons que vous êtes McLaren, Aston Martin ou Alpine. Votre couverture télévisuelle va baisser, dès qu'une autre équipe vous rejoindra. Parce que vous êtes une équipe de milieu de peloton."

"On ne vous montre pas assez parce que vous ne gagnez pas les courses. Et là, vous allez prendre 10% de ce temps de télévision et le donner à quelqu'un d'autre ? Ainsi, lorsque vous vous vendez à un sponsor, vous proposez, pour la même somme d'argent, 10% d'exposition en moins. Et [vous recevrez] moins d'argent lié à la télévision à la fin de l'année. Pourquoi diriez-vous oui ? Quel est l'intérêt ? Il ne faut pas oublier que la F1 est une entreprise. Il y a un côté sportif, mais c'est aussi un business."

"Tous ceux qui y sont impliqués essaient de gagner de l'argent. Tous ceux qui y travaillent, des pilotes aux ingénieurs en passant par les patrons, tous sont là pour faire un travail. Et faire du mieux que vous pouvez et gagner des courses, oui, et c'est génial, mais c'est un travail, c'est une entreprise. Alors pourquoi pensez-vous que plus de voitures [serait une bonne chose] ? Était-ce mieux avant, quand il y avait 24 voitures sur la grille ?"

Le coût supplémentaire pour faire courir une voiture de plus sur deux courses ne va ruiner personne.

Juan Pablo Montoya

Mais alors comment espérer, par exemple, un renouvellement générationnel ou même de simplement donner la chance à des pilotes de prouver leur valeur à l'ère où les essais privés ont quasiment été réduits à néant si le nombre de places n'évolue pas ? "Je pense que vous pourriez obliger les équipes à utiliser une troisième voiture sur la moitié des courses. Ou vous calculez [de manière à] faire courir 22 voitures chaque semaine. Vous calculez donc qu'une équipe doit courir, je ne sais pas, deux courses par an avec un jeune pilote. Vous nommez le pilote au début de l'année et ce jeune doit courir deux courses par an. Et puis vous donnez aux jeunes la chance de se développer, de vivre des courses et d'apprendre."

Une vision des choses qui replace au centre du débat l'option, historiquement pertinente et qui resurgit de temps à autre, de ne plus limiter les écuries à deux voitures mais de passer à trois monoplaces. Cependant, n'est-ce pas aller à l'encontre de l'idée d'économie pour les équipes ? "Elles ont déjà le châssis. Elles ont déjà tout. Le coût supplémentaire pour faire courir une voiture de plus sur deux courses ne va ruiner personne."

"Et vous pouvez dire que vous le ferez peut-être après les cinq premières courses, quand tout le monde est encore en train de construire [des pièces pour] les nouvelles voitures et est en retard [avec la production] et à la limite [en matière de pièces de rechange]. Vous pouvez commencer autour de Barcelone, par exemple. Rendez cela obligatoire : 'vous devez engager une troisième voiture deux ou trois fois par an et donner l'opportunité à un jeune'."

"Et si vous avez une très bonne voiture, vous pouvez choisir une stratégie où vous pouvez prendre des points à quelqu'un, parce que c'est une bonne piste pour vous. Si vous allez à Monza et disons que Ferrari est la voiture qui est rapide à Monza, alors vous apportez une troisième voiture à Monza et vous donnez à un jeune l'occasion de courir. Soit ça, soit donner plus de temps en essais libres aux jeunes. [...] Vous faites : 'OK, sur huit courses, un pilote [titulaire] ne disputera pas les Essais Libres 1'. Donc pas deux courses mais huit [séances d'essais]."

Lire aussi :

Propos recueillis par Erwin Jaeggi

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent ChatGPT, le début d'une nouvelle ère pour la Formule 1 ?
Article suivant Haas F1 présente la première livrée 2023

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse