Turquie et États-Unis, principaux doutes dans le calendrier

Entre la présence de la Turquie sur la liste rouge du Royaume-Uni, l'évolution de la situation sanitaire au Texas et des discussions qui n'ont pas encore abouti avec le Qatar, le calendrier 2021 de la Formule 1 n'est pas encore définitif.

Turquie et États-Unis, principaux doutes dans le calendrier

Malgré les récents ajustements de dates, des changements restent possibles dans les huit courses à disputer dans le calendrier 2021, certaines étant plus menacées que d'autres par le COVID-19. Le plus gros casse-tête de la F1 reste la situation entourant le GP de Turquie, avec un dénouement attendu la semaine prochaine.

Initialement prévue comme remplacement du GP du Canada au mois de juin, par la suite annulée puis réintégrée au calendrier à la place de Singapour, la course n'est pas sûre d'être maintenue à la date du 10 octobre, la Turquie étant sur la liste rouge du Royaume-Uni, où vivent une grande partie des personnes habituellement présentes sur les circuits.

Entre les sept équipes qui ont leur base en Angleterre et les staffs de la F1, de la FIA, de Honda et de Pirelli, mais aussi plusieurs journalistes et photographes, environ 1000 personnes devraient respecter une quarantaine de dix jours à leur retour, dans un hôtel approuvé par le gouvernement. Le maintien de la course dépend en grande partie de la mise à jour de la liste rouge par les autorités britanniques, chose prévue le 16 septembre. En cas d'annulation, le Mugello pourrait intégrer le calendrier après avoir déjà accueilli la F1 l'an dernier.

Lire aussi :

Le GP de Turquie a récemment été repoussé d'une semaine, évitant ainsi une course sept jours après le GP de Russie. Le but était de permettre aux personnes faisant le déplacement à Sotchi de retrouver leur domicile sans crainte d'une annulation d'Istanbul à la dernière minute, tout en offrant une semaine de plus en cas de sortie tardive de la Turquie de la liste rouge.

Si le pays devait rester sur cette fameuse liste, le personnel de la F1 ne pourrait pas retrouver le sol britannique entre le GP de Turquie et celui des États-Unis, prévu deux semaines plus tard. Le millier de personnes concerné devrait donc se rendre directement à Austin ou faire étape dans un autre pays, une solution qui ne serait clairement pas optimale et à laquelle les équipes pourraient opposer un refus.

La F3 a renoncé à Austin mais pas la F1

Le sort du GP des États-Unis est lui-même incertain entre la hausse des cas au Texas et des difficultés logistiques. Si la course est maintenue, les équipes pourraient être limitées dans leur travail puisque les autorités américaines ne permettent l'entrée dans le pays qu'à un personnel jugé "essentiel". Il reste à voir combien de membres chaque écurie pourrait faire entrer dans le pays.

Face à tant d'incertitudes, La F3 a pris les devants en annulant les courses d'Austin pour les remplacer par une finale à Sotchi, évoquant des "changements logistiques inévitables" et les dépenses importantes qu'aurait entraîné un voyage au Texas. La F1 a précisé que la décision prise par la F3 n'avait pas d'influence sur le maintien du GP des États-Unis, Stefano Domenicali s'en tenant au calendrier mis à jour durant le week-end de Spa.

"Pour l'instant, la situation est celle que nous avons communiquée", a déclaré le directeur général de la F1 à Motorsport.com. "Et pour le moment, tout est stable. Espérons qu'il n'y aura pas de nouvelles situations critiques, mais à ce stade, [le calendrier] est confirmé."

"Nous suivons la situation [en Turquie], évidemment, et nous espérons qu'elle va s'améliorer", a-t-il ajouté. "Et la seule chose que je sais, c'est que la billetterie fonctionne très bien en Turquie. Et c'est vraiment une bonne nouvelle."

Pas encore d'officialisation pour le Qatar

Le calendrier actuel comprend également une course "à confirmer" programmée le 21 novembre, qui devrait revenir au Qatar. Les discussions se poursuivent pour que le Grand Prix intègre le calendrier de la Formule 1 pour la première fois avec une épreuve nocturne, comme pour le MotoGP.

"Au moment où nous pourrons confirmer la prochaine course, je vous le dirai, sinon nous ne l'aurions pas annoncée comme 'à confirmer'", a simplement commenté Domenicali, sans donner plus de précisions sur l'avancée des discussions avec les autorités qataries.

En coulisses, la F1 prépare activement sa première visite à Losail. Michael Masi, le directeur de course de la F1, et Steve Nielsen, le directeur sportif, ont visité le circuit au début de la pause estivale et ont donné des instructions pour les modifications à faire pour le championnat, notamment au niveau de l'entrée des stands.

Le circuit a accueilli le GP2 Asia et le WTCC par le passé mais il est surtout fait pour la moto. La F1 souhaiterait donc que les vibreurs et les barrières de sécurité soient modifiés pour être mieux adaptés aux monoplaces. Des bâtiments temporaires devraient aussi être montés dans le paddock afin de répondre aux besoins des équipes.

Lire aussi :

partages
commentaires
Russell ne se fait "pas d'illusions" face au défi Mercedes

Article précédent

Russell ne se fait "pas d'illusions" face au défi Mercedes

Article suivant

Pérez agacé par les manœuvres de Mazepin et Norris

Pérez agacé par les manœuvres de Mazepin et Norris
Charger les commentaires