Un incendie handicape Caterham

Cela sent le roussi pour Caterham, dans tous les sens de l'expression

Cela sent le roussi pour Caterham, dans tous les sens de l'expression. Malgré un kilométrage correct avec 55 tours du circuit de Sakhir en ce jour, les motifs d'inquiétude se multiplient pour les hommes de Cyril Abiteboul : Marcus Ericsson s'est classé dernier de cette séance, et surtout, la journée des verts a été marquée par un incendie sur la CT05.

Cet incident intervient le jour de l'homologation des moteurs 2014, après que le Groupe Stratégique s'est prononcé en défaveur d'un délai pour Renault. L'optimisme n'est pas de mise au sein de l'équipe anglo-malaisienne.

"Cette journée ne s'est pas terminée comme nous le voulions, mais nous avons quand même suivi la majeure partie du programme que nous nous étions fixé pour aujourd'hui", tempère Ericsson. "La matinée a été assez hachée mais la séance de l'après-midi se passait bien jusqu'à un problème technique survenu juste après ma sortie des stands après le premier relais d'une simulation de course, qui a déclenché un incendie et m'a forcé à arrêter la voiture en piste".

"Cependant, nous avions passé en revue la majorité des procédures que nous avions prévues pour aujourd'hui, y compris les départs, donc je suis heureux que nous ayons coché ces cases-là", ajoute le Suédois.

Cedrik Staudohar, technicien Renault Sport F1, ne se montre pas particulièrement confiant non plus. "De notre côté, nous continuons à mieux comprendre les problèmes que nous devons résoudre pour libérer le potentiel la pleine performance de l'unité de puissance, mais la fiabilité est aussi essentielle et nous allons continuer à nous concentrer là-dessus pour les deux derniers jours d'essais", conclut Staudohar.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Marcus Ericsson
Type d'article Actualités