Une deuxième version du Halo évaluée

Le directeur technique de Williams, Pat Symonds, a révélé qu’une deuxième version du Halo était évaluée pour assurer la protection du cockpit en Formule 1. 

Une deuxième version du Halo évaluée
Le halo utilisé sur la Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H avec le halo sur le cockpit
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H avec la protection de cockpit de type
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H avec la protection de cockpit de type
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 avec l'Aeroscreen
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 avec l'Aeroscreen

Avant les réunions décisives qui doivent se tenir à Monaco pour évoquer la sécurité, on pensait que le choix pour mieux protéger la tête des pilotes se ferait entre le Halo, testé par Ferrari pendant les essais hivernaux, et l’Aeroscreen actuellement développé par Red Bull. 

Cependant, Pat Symonds a indiqué qu’une alternative était en passe d’apparaître, et qu’elle serait également discutée lors de la journée de repos du vendredi à Monaco, dans deux semaines. 

"Il va y avoir un TRM [Meeting pour le Règlement Technique] à Monaco le vendredi, et Charlie [Whiting, directeur de course de la F1] nous assure que nous saurons plutôt bien où nous en sommes d’ici-là", a déclaré Symonds. "Il y a un deuxième système de Halo maintenant, qui est un peu différent de celui que Ferrari a utilisé ici [à Barcelone lors des essais hivernaux]. Nous verrons ce que ça donne à Monaco."

On ne sait pas encore à quel point la nouvelle version du Halo diffère de l’originale, mais elle pourrait permettre de répondre aux critiques des fans quant à son esthétique. 

La FIA a fixé la date limite du 1er juin pour prendre une décision finale sur ce sujet et choisir le système de protection du cockpit qui sera mis en place en 2017. Il est aussi probable que Red Bull teste à nouveau l’Aeroscreen à Monaco, pour procéder à de nouvelles vérifications concernant la visibilité et voir à quel point la vision du pilote peut être affectée sur un circuit aussi particulier. 

Évoquant la manière dont les équipes devraient s’adapter au choix de la FIA pour mettre au point leurs monoplaces 2017, Symonds n’a pas caché qu’il s’agissait d’une situation difficile. 

"Je crois que nous avons une idée des effets que cela aura, et ils sont assez importants", précise-t-il. "Il y a certaines choses particulières, comme la ligne centrale de refroidissement, que l’on ne pourra plus mettre en œuvre."

partages
commentaires
La FIA va accentuer le contrôle des pressions pneumatiques dès Monaco
Article précédent

La FIA va accentuer le contrôle des pressions pneumatiques dès Monaco

Article suivant

Red Bull a des choix "limités" pour sa motorisation 2017

Red Bull a des choix "limités" pour sa motorisation 2017
Charger les commentaires