Valence : Débriefing avec Trulli

Débriefing du Grand Prix d'Europe avec Jarno Trulli qui a terminé la course à une excellente cinquième place, marquant ainsi quatre points supplémentaires au championnat du monde

Débriefing du Grand Prix d'Europe avec Jarno Trulli qui a terminé la course à une excellente cinquième place, marquant ainsi quatre points supplémentaires au championnat du monde.

Avez-vous bien profité de la trêve estivale ?


Ce fut appréciable de pouvoir passer un peu de temps en famille. Le calendrier de la saison de F1 n'est peut-être pas aussi chargé que celui du NASCAR, mais il n'en reste pas moins que nous sommes bien occupés du fait d'une saison plus courte et de tous les essais inter-Grand Prix au programme. Avec l'interdiction des essais privés au mois d'août, nous en avons profité pour traverser les États-Unis. Je n'ai assisté à aucune course, mais j'ai passé du temps avec Juan Pablo Montoya et sa famille à Miami. J'ai bien apprécié de le revoir quelques jours en dehors des circuits. Au lieu de rester dans les paddocks, c'était bien mieux d'être à la plage avec nos femmes !

Quelles ont été vos impressions du circuit de Valence ?


Je pense qu'ils ont fait du bon travail. Ce nouveau circuit de Formule 1 est génial. C'est toujours appréciable de courir en ville. L'ambiance y est sympa et le Grand Prix de cette année était d'autant plus spécial que l'on inaugurait ce nouveau tracé.

À ce propos, qu'en pensez-vous ?


Ce n'est pas ce que l'on peut qualifier de circuit urbain type où la moyenne est relativement peu élevée. La moyenne du premier s'est établie à 193 km/h et les zones de dégagement étaient plus larges que la normale. Je m'attendais à ce qu'il y ait des incidents de course, mais finalement la voiture de sécurité n'est pas sortie, à ma grande surprise.

Êtes-vous satisfait de votre cinquième place au général ?


Oui. C'est une sacrée performance que l'ensemble de l'équipe à signer là. Le week-end avait mal débuté pour moi vendredi, car je n'étais pas satisfait de l'équilibre de la voiture. Il faut toujours redoubler de prudence avec un circuit urbain, surtout lorsqu'il est tout nouveau, car la piste est recouverte de poussière et le manque d'adhérence se fait beaucoup sentir le premier jour. J'apprends à connaître les circuits rapidement, alors la nouveauté ne m'a pas dérangée, mais la piste se révèle encore davantage à mesure que les pneumatiques s'usent. C'est particulièrement le cas à Monaco et je m'attendais à la même chose ici, ce week-end. J'ai fait quelques modifications pour samedi matin, mais je n'ai pas eu la chance d'évaluer ma voiture lors de la dernière séance d'essais libres.

Quel était le problème ?


C'est la pompe à huile de la boîte de vitesses qui était en cause. Nous l'avons remplacée deux fois avant qu'elle ne casse à nouveau. Nous avons donc changé quelques périphériques également. Cela m'a coûté la séance d'essais de samedi matin, de sorte que je suis parti en qualifications sans repères aucun.

Alors quel effet cela vous a-t-il fait de voir que vous étiez le plus rapide en Q1 et à 1/10ème du plus rapide en Q2 ?


Ce fut une belle surprise, d'autant que je ne savais pas à quoi m'attendre. Pour être honnête, j'ai trouvé la voiture plus facile avec moins d'essence, surtout après avoir loupé la séance d'essais libres du matin. J'ai simplement disputé les qualifications avec ce que j'avais, ayant modifié complètement mes réglages sans les avoir essayés du tout le matin. Je me suis bien débrouillé en Q1 et j'ai récidivé en Q2. J'ai fait un assez bon tour en début de Q3 et alors que j'avais 3/10ème d'avance dans le premier secteur, j'ai malheureusement commis une erreur qui m'a coûté le tour. J'aurais très certainement pu décrocher une cinquième place sur la grille, mais étant donné les circonstances, je devais m'estimer relativement satisfait.

Est-ce que la course s'est déroulée comme prévu ?


J'ai pris un assez bon départ, de sorte que je me suis tout de suite battu pour les points. J'étais derrière Sebastian Vettel et même si je sentais que je pouvais aller encore un peu plus vite, il n'y avait aucun moyen de doubler. Malgré tout, je n'ai pas trop perdu de terrain et j'ai même parcouru deux tours de plus que Sebastian lors de mon premier relais. Je suis donc passé devant lui lors du ravitaillement. J'ai ensuite pu maintenir un rythme soutenu sans toutefois chercher la limite, car je ménageais mes pneumatiques ainsi que mes freins. Tout se passait bien. Et puis j'ai réussi à passer devant Kimi Räikkönen lors de son deuxième arrêt au stand qui s'est un peu éternisé. C'était tout à fait inattendu et je me préparais déjà à une empoignade d'anthologie pour conserver cette place, avant qu'il n'abandonne finalement. Cette cinquième place est un résultat honorable au final étant donné ma position sur la grille au départ. Mais c'est surtout un résultat particulièrement bon dans la mesure où nous avons classé nos deux voitures dans les points.

Toyota se retrouve désormais encore mieux établi à la quatrième place du Championnat du Monde des Constructeurs. Êtes-vous optimiste pour le reste de la saison ?


Je suis définitivement optimiste, car l'équipe travaille vraiment très dur. Nos récents résultats prouvent tout le chemin que nous avons parcouru et il est vraiment très appréciable de courir tous les dimanches avec une voiture compétitive. Toyota effectue un très bon travail cette année. L'équipe est performante et devient de plus en plus compétitive au fil des circuits. Nous n'arrêtons pas pour autant notre travail de développement. Par conséquent, je suis confiant dans notre capacité à rester en forme lors des prochaines courses et à continuer de marquer des points. Je participerai à deux journées d'essais privés à Monza, Grand Prix un peu unique s'il en est en termes de réglages avec très peu d'appui. Après cela, nous nous rendrons à Spa, mon circuit préféré ! Je suis toujours très heureux de m'y rendre.

Source : Toyota F1

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Juan Pablo Montoya
Type d'article Actualités