Bottas a perdu quatre places en un tour : "Je me sentais impuissant"

À l'issue d'un Grand Prix d'Azerbaïdjan désastreux, Valtteri Bottas est perplexe, ne comprenant pas son manque de performance.

Bottas a perdu quatre places en un tour : "Je me sentais impuissant"

On a rarement vu si piètre performance de Valtteri Bottas depuis le début de sa carrière en Formule 1. Tout au long du week-end à Bakou, le Finlandais était une seconde au tour plus lent que son coéquipier Lewis Hamilton. Englué dans le peloton, Bottas ne semblait pas en mesure de faire mieux que dixième… jusqu'à l'accident de Lance Stroll, qui a provoqué une intervention de la voiture de sécurité. Au restart, Bottas a perdu quatre places en un tour, ne devançant plus que les Williams et les Haas… Il a ainsi conclu la course au 12e rang grâce aux nombreux incidents devant lui, quand Hamilton a frôlé la victoire avant une erreur au second départ, dans l'avant-dernière boucle.

Lire aussi :

"Les sensations étaient assez similaires à hier [samedi] et à vendredi : le principal problème était le manque de rythme et le fait que je n'étais simplement pas assez rapide", a déploré Bottas dimanche soir. "Dès le début de la course, je voyais que je n'allais pas aussi vite que les voitures de devant – surtout quand l'Aston Martin [de Vettel] était devant moi, je n'arrivais simplement pas à tenir le rythme. Je suis dérouté, c'est vraiment bizarre."

Lorsqu'il lui a été demandé d'expliquer la différence de rythme entre Hamilton et lui, le pilote Mercedes a répondu : "Je ne sais pas. Aucune idée. Il y a eu un grand écart tout le week-end, et à ce jour, je ne le comprends pas du tout. C'est quelque chose qu'il va falloir analyser."

Hamilton avait justement un aileron arrière développant moins d'appui aérodynamique pour les qualifications et la course, mais d'après Bottas, ça n'a rien changé. "Je pense que c'est quelque chose qu'il faut revoir, mais nous savons que ça ne représente pas grand-chose", a-t-il estimé. "C'est maximum un dixième. Nous avons commencé le week-end avec le même aileron, et j'étais quand même largement derrière Lewis en permanence."

Ainsi Bottas avait-il envie d'accréditer la thèse d'un problème mécanique qui n'aurait pas encore été décelé, lorsque cette suggestion lui a été faite : "Ce serait la raison la plus logique. Nous pourrions trouver quelque chose dans la voiture, mais sinon, ça ne peut être que les pneus. Mais vous savez, nous avons les mêmes pressions de pneus et les mêmes températures."

De surcroît, il y a eu un moment quelque peu humiliant pour le pilote Mercedes : le restart consécutif à l'accident de Lance Stroll, lors duquel il a perdu quatre places en un tour, dépassé par Daniel Ricciardo, Carlos Sainz, Fernando Alonso et même l'Alfa Romeo de son compatriote Kimi Räikkönen. "Je me sentais impuissant, à vrai dire, je me faisais dépasser par tous les côtés et je ne pouvais rien faire, donc…", a-t-il lâché.

C'est déjà la troisième fois en six Grands Prix cette saison que Bottas ne marque pas le moindre point, mais avec ce cruel manque de performance, c'est encore plus difficile à accepter. "Je ne me rappelle pas avoir vécu ce genre de week-end [dans ma carrière]", a-t-il reconnu. "Il y a les week-ends où j'ai connu des mauvaises séances et où j'avais le rythme à certains moments. Je n'ai toujours pas compris ce qui clochait. Je me connais, je sais quand je suis à la limite et quand je ne peux pas aller plus vite, mais je suis quand même à six, sept, huit dixièmes. Ce n'est pas normal. C'est quelque chose que nous devons comprendre avant d'aller en France."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021
Article précédent

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Article suivant

Stats Bakou 2021 - Fin de série historique pour Hamilton

Stats Bakou 2021 - Fin de série historique pour Hamilton
Charger les commentaires