Bottas inquiet après sa crevaison : "C'est arrivé d'un coup"

Victime d'une crevaison sur son pneu avant gauche ayant mené à son abandon au Grand Prix du Qatar, Valtteri Bottas a fait part de ses inquiétudes sur la qualité des enveloppes Pirelli, qui ont cédé sans prévenir.

Après l'Azerbaïdjan en 2018 ou encore Monaco cette saison, Valtteri Bottas n'a pas vu l'arrivée du Grand Prix du Qatar à cause de ses pneus, ce qui commence à devenir une bien mauvaise habitude. Peu après que le cap de la mi-course ait été franchi à Losail, le Finlandais a été l'un des quatre pilotes victimes d'une défaillance sur la roue avant gauche, conséquence malheureuse d'une stratégie à un arrêt bien trop agressive.

Lire aussi :

Bien qu'il soit frustré par cette énième crevaison venue gâcher sa course, Bottas est avant tout inquiet par la manière dont celle-ci s'est manifestée. Le pilote Mercedes ne s'attendait pas à voir l'un de ses pneus rendre l'âme si soudainement. "Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive. [C'est déjà arrivé] plusieurs fois et ce n'est pas idéal, surtout lorsqu'il n'y a aucun signe avant-coureur", déplore Bottas. "Je suis certain que l'on en reparlera. Je n'ai rien senti, tout était normal, le grip était bon à l'avant-gauche et puis... cela m'inquiète, je n'ai pas viré large sur un vibreur ou autre. C'est arrivé d'un coup."

Avant cet incident, Bottas surmontait bien difficilement le recul de trois positions infligé par les commissaires après les qualifications. Replacé sur la troisième ligne, le Finlandais a perdu cinq places dans le premier tour et a longtemps été dans l'impossibilité de remonter car ses adversaires se suivaient de près et bénéficiaient tous du DRS.

"C'était difficile, je sens que le problème concernait le tour de formation", a-t-il lancé. "Je n'ai pas suffisamment mis de la chaleur dans les pneus et je pense que pour cette raison, avec des températures basses, mon départ n'a pas été bon. Il n'y avait pas d'adhérence dans les deux premiers virages, je glissais de partout et je n'avais pas de rythme."

"La situation était compliquée au début du train-DRS mais par la suite, je l'ai senti se briser. Lorsque la voiture devant moi n'avait pas le DRS, j'avais une chance [de la doubler]. Avec de plus grands écarts, je pouvais faire la différence avec ma vitesse et progresser."

Reparti en 14e position après sa crevaison, Bottas pouvait encore rallier l'arrivée mais Mercedes a préféré le rappeler au garage pour limiter le kilométrage du moteur lorsqu'il est devenu clair que le Finlandais n'allait pas revenir dans le top 10 : "La voiture était assez endommagée à cause de la crevaison donc [l'équipe] ne voulait pas l'endommager davantage. Aussi, lorsque l'on a compris qu'il n'y avait pas la possibilité de marquer des points, nous avons décidé de préserver le moteur."

partages
commentaires
Norris : "Ils devraient améliorer les pneus, c'est dangereux"
Article précédent

Norris : "Ils devraient améliorer les pneus, c'est dangereux"

Article suivant

Pirelli va enquêter sur les crevaisons de Losail

Pirelli va enquêter sur les crevaisons de Losail
Charger les commentaires