Vandoorne : Plus de camaraderie, moins de politique

partages
commentaires
Vandoorne : Plus de camaraderie, moins de politique
Par :
4 févr. 2019 à 11:15

La dimension très politique du paddock F1 ne manque pas à Stoffel Vandoorne, qui s'épanouit en Formule E sans faire d'un retour dans la catégorie reine une idée fixe pour les années à venir.

Après trois manches disputées en Formule E, Stoffel Vandoorne ne regrette pas son choix. Poussé hors de la F1 malgré lui, après avoir été évincé par McLaren pour la saison 2019, le pilote belge semble revivre dans un paddock à la mentalité forcément très différente de ce qui se passe dans la discipline reine.

Promis à un avenir brillant après un ascension studieuse et couronnée de succès en formules de promotion, Vandoorne a subi de plein fouet l'aspect impitoyable que réserve parfois la F1 à ses acteurs. Sombrant dans le projet de Woking qui a tourné au fiasco, il a également payé le prix fort pour ses résultats en berne et souffrant de la comparaison avec ceux de Fernando Alonso, notamment en 2018.

Lire aussi :

S'être retrouvé aux côtés du double Champion du monde, autour duquel tournait l'écurie de Woking ces dernières années, a-t-il été un désavantage pour sa carrière en F1 ? "C'est dur à dire", répond Vandoorne à Motorsport.com. Le pilote de 26 ans ne souhaite pas vivre dans la rancœur ou l'amertume, mais reconnaît apprécier de ne plus avoir à se confronter à une certaine dimension politique, omniprésente en F1.

"Je ne peux pas changer ce qui est arrivé, et je n'ai aucun regret non plus par rapport à ce qui s'est passé durant mon passage chez McLaren", assure-t-il. "Ce n'était vraiment pas la meilleure période de ma carrière, alors que tout s'était plutôt bien passé avant, mais je pense que ça m'a rendu plus fort. Il y a aussi eu beaucoup de choses que je ne contrôlais pas, mais ça m'a forgé le caractère, et maintenant je suis passé à autre chose."

"Je suis dans un environnement complètement différent, que j'apprécie énormément. C'est beaucoup plus détendu en raison de la manière dont les pilotes s'entendent entre eux, de la politique dans le paddock."

Sam Bird, Envision Virgin Racing,Daniel Abt, Audi Sport ABT Schaeffler, Sébastien Buemi, Nissan e.Dams, Stoffel Vandoorne, HWA Racelab, Pascal Wehrlein, Mahindra Racing, après la pole position de Lucas di Grassi, Audi Sport ABT Schaeffler

Encore à la recherche des ses premiers points en Formule E, Vandoorne a trouvé refuge dans la nouvelle équipe HWA. Un accord qui lui a également permis de nouer des liens avec Mercedes, ce qui lui permettra de travailler dans le simulateur pour le compte de l'écurie allemande en Formule 1. Une discipline qu'il continue de regarder avec envie, mais sans en faire un objectif à tout prix.

"La F1 est tellement imprévisible", prévient-il. "Quand on regarde ce qui s'est produit sur le marché des transferts l'année dernière, c'était tellement imprévisible. Personne ne pensait vraiment que ça allait se produire. Il y a des gens qu'on ne pensait pas voir là, des gens qui n'y sont pas et qu'on pensait voir. Je ne meurs pas d'envie de retourner en F1." 

Propos recueillis par Federico Faturos  

Article suivant
Red Bull annonce la présentation de sa nouvelle F1

Article précédent

Red Bull annonce la présentation de sa nouvelle F1

Article suivant

Hartley rejoint les pilotes de simulateur Ferrari

Hartley rejoint les pilotes de simulateur Ferrari
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , Formule E
Pilotes Stoffel Vandoorne
Auteur Basile Davoine
Be first to get
breaking news