Vasseur déplore la prolifération des directives techniques

La directive technique sur les arrêts au stand est loin de faire l'unanimité, en témoigne la réaction de Frédéric Vasseur.

Vasseur déplore la prolifération des directives techniques

Les écuries de Formule 1 ont été informées par la FIA cette semaine que de nouvelles règles imposant des temps de réaction minimum lors des arrêts au stand allaient être mises en œuvre pour empêcher l'utilisation de systèmes automatisés. Une décision qui pourrait coûter de précieux dixièmes, notamment à Red Bull qui est de loin l'écurie la plus performante dans cet exercice.

Lire aussi :

La structure anglo-autrichienne n'est toutefois pas la seule à être touchée par cette mesure qui prendra effet au Grand Prix de Hongrie le mois prochain, et le directeur d'Alfa Romeo n'est clairement pas ravi.

"Je pense que changer le cours de la saison par des directives techniques n'est pas la bonne manière de gérer la F1", estime Frédéric Vasseur. "Nous avons toute la période hivernale pour préparer des choses. Les arrêts au stand n'ont pas changé par rapport à l'an dernier, et s'ils ont quelque chose à modifier, ça aurait pu être fait l'hiver dernier."

Frederic Vasseur, team principal d'Alfa Romeo Racing, lors de la conférence de presse des directeurs des équipes

"Maintenant, nous changeons dans la précipitation pour des raisons de sécurité, mais il faudra changer plusieurs choses entre Silverstone et Budapest. Je ne suis pas sûr que ce soit un bon pas en avant pour la sécurité. Dans notre cas, nous ne serons pas autorisés à retourner à l'usine entre Silverstone et Budapest, avec la quarantaine en Suisse."

"Je pense que ce n'est pas la bonne manière de le faire : maintenant, nous avons plus de directives techniques que de communiqués de presse le lundi matin. Tous les lundis, nous avons une liste de directives techniques. C'est la nouvelle manière de gouverner la F1, et ce n'est pas la bonne. Le prochain sujet sera la flexibilité de l'aileron avant. Il faut que nous en discutions."

Parmi les directives techniques récentes, on retrouve également celles qui concernaient la flexibilité des ailerons arrière, après des doutes émis concernant le design de la Red Bull RB16B, ou encore les pressions de pneus, à la suite des crevaisons de Bakou. Les directives techniques sont souvent utilisées par la FIA pour empêcher les écuries d'exploiter les failles de la réglementation.

Directeur de la compétition de la Scuderia Ferrari et ancien directeur de course adjoint et directeur sécurité de la FIA, Laurent Mekies a appelé la fédération à davantage de communication avec les équipes, ce qu'approuve le directeur sportif d'Alpine, Alan Permane, malgré la "clarté" qu'apporte la dernière directive technique en date.

"J'ai lu quelque chose qu'a dit Laurent Mekies de Ferrari : il a dit qu'il aurait aimé que [la FIA] nous parle un peu plus en premier, et je suis plus ou moins d'accord avec ça", commente Permane. "Aucun doute, ce sera mieux pour nous, ça c'est certain. Mais ces systèmes sont extrêmement sophistiqués et spécialisés, et les écuries ont une armée de personnes qui travaillent là-dessus. Je trouve ça dommage que la FIA débarque avec une sorte de coup irréfutable. Et je pense [que ce serait mieux] si nous pouvions tous nous réunir et établir ce qui est sans danger en premier lieu, car il y a des questions qui se posent sur la sécurité."

partages
commentaires
Les messages radios vers la FIA ont diminué depuis leur diffusion TV

Article précédent

Les messages radios vers la FIA ont diminué depuis leur diffusion TV

Article suivant

Ferrari n'a pas encore vraiment résolu ses problèmes de pneus

Ferrari n'a pas encore vraiment résolu ses problèmes de pneus
Charger les commentaires