Formule 1
12 mars
-
15 mars
Événement terminé
19 mars
-
22 mars
Événement terminé
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
80 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
100 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
115 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
128 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
156 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
163 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
177 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
184 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
220 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
234 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
247 jours

Vasseur : "La F1 n'est pas le centre du monde"

partages
commentaires
Vasseur : "La F1 n'est pas le centre du monde"
Par :
24 mars 2020 à 09:15

Pour Frédéric Vasseur, il est important que le petit monde de la F1 prenne conscience de la crise mondiale et sache se mettre de côté pour les semaines à venir face à des enjeux sanitaires majeurs. "Il faut que l'on reste dans notre coin", estime le Français.

La Formule 1 et la quasi-totalité des sports mécaniques sont à l'arrêt, les calendriers chamboulés par la pandémie due au nouveau coronavirus. Jamais la catégorie reine n'avait connu pareille situation, inédite à gérer également pour ses écuries avec des enjeux majeurs. Si ces derniers sont cruciaux, notamment sur le plan économique, Frédéric Vasseur tient à les relativiser et appelle à "un minimum de décence". C'est ce qu'il a confié au journaliste de Canal+ Julien Fébreau lors d'un entretien mené à distance en ce début de semaine.

Lire aussi :

"Il ne faut pas se focaliser sur nous, on n'est pas le centre du monde", insiste le directeur de l'écurie Alfa Romeo, qui rappelait auparavant le contexte exceptionnel de crise sanitaire mondiale. "Sans être méchant, on [la F1] ne sert pas à grand-chose pour la société non plus. Il y a un petit côté technologique que l'on essaie de développer, et il y a le loisir, mais on n'est pas non plus le centre du monde et aujourd'hui il y a d'autres préoccupations."

"Quand on regarde aujourd'hui l'ampleur des dégâts causés par le virus, les problèmes que ça pose, même le personnel médical avec ce qu'ils rencontrent, ce à quoi ils doivent faire face… Je pense qu'il faut un peu que l'on reste dans notre coin et que l'on reste un petit peu humble par rapport à ça. Je ne veux surtout pas dire qu'il ne faut pas pousser [pour reprendre dès que possible], on fera ce qu'il faut pour que ça se fasse, mais quelques fois, l'humilité ça ne fait pas de mal."

Comme tout le paddock, Vasseur a connu avec ses troupes le délicat voyage en Australie il y a dix jours, qui a précédé l'annulation du Grand Prix à la dernière minute. Une fois le forfait de McLaren annoncé en raison d'un cas avéré de COVID-19 dans l'écurie britannique, Alfa Romeo avait pris la décision de ne pas courir non plus, peu importe la suite des événements. Le Français confie avoir vu des mécaniciens pleurer "parce que c'est leur vie", mais refuse de céder à toute forme exagérée d'entre-soi.

"Il faut savoir mettre ce que l'on fait en perspective par rapport à ce qui se passe autour de nous", insiste-t-il. "Il y a aussi un minimum de décence à avoir. Quand il y a des gens malades ou très durement affectés, ce n'est peut-être pas le moment d'aller faire des ronds avec une voiture. Il faut juste savoir être à sa place. Il y aura un moment pour revenir sur la scène et essayer de faire le show, et on sera là. Mais il faut juste être calme et avoir un peu de décence."

Article suivant
Multi 21, la "vengeance" de Vettel sur Webber

Article précédent

Multi 21, la "vengeance" de Vettel sur Webber

Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Alfa Romeo Racing
Auteur Basile Davoine