Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse

Vasseur et Sainz pensent pouvoir mettre Red Bull sous pression

Carlos Sainz et Frédéric Vasseur semblent convaincus de pouvoir aller challenger Red Bull avant la fin de la saison, en vue des performances actuelles de Ferrari et des améliorations majeures prévues à Imola.

Carlos Sainz, Ferrari SF-24, Max Verstappen, Red Bull Racing RB20

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

Après plusieurs mois et quatre Grand Prix courus, une hiérarchie a commencé à se dessiner pour ce début de saison de Formule 1. Red Bull reste pour l'instant intouchable et continue de régner au top du championnat constructeur avec 141 points et ses deux pilotes aux deux premières places du championnat, Sergio Pérez deuxième avec 64 points et Max Verstappen premier avec 77 points. Derrière, le peloton reste serré, mais Ferrari semble tirer son épingle du jeu et rester dans les échappements de l'équipe autrichienne.

La Scuderia est en effet l'écurie qui s'est le plus rapprochée des performances de Red Bull pour l'instant, Carlos Sainz étant le seul pilote autre que Verstappen à avoir gagné une course, au Grand Prix d'Australie. L'Espagnol occupe la quatrième place du championnat avec 55 points, derrière son coéquipier Charles Leclerc avec 59 points à la troisième place.

Néanmoins, la performance du taureau rouge au Japon, où le triple Champion du monde néerlandais et son coéquipier ont terminé premier et deuxième avec une vingtaine de secondes d'avance sur leurs concurrents, démontre que Red Bull reste le favori au titre cette saison encore.

Mais Sainz semble optimiste. Avec l'avance de Verstappen au championnat qui n'est plus si large à cause de son abandon à Melbourne, l'Espagnol a laissé comprendre que Ferrari pourrait bien venir mettre des bâtons dans les roues à l'équipe de Milton Keynes, notamment grâce aux packages d'évolutions importantes prévus pour le Grand Prix d'Émilie-Romagne.

Lire aussi :

"Je pense qu'ils [Red Bull] auront certainement un avantage dans le premier tiers de la saison jusqu'à ce que nous apportions une ou deux améliorations qui nous permettent de nous battre avec eux de manière plus cohérente", explique Sainz. "Mais maintenant, il est peut-être un peu trop tard pour [rattraper] l'avantage qu'ils pourraient avoir au championnat."

"En attendant, nous avons besoin de plus [de courses comme] l'Australie, mais je ne vois pas Red Bull en tant qu'équipe, commettre ces erreurs très souvent."

"C'est dommage, parce que j'ai manqué une course, ce qui, pour l'équipe et pour moi, pourrait coûter cher au championnat. Nous participons avec une course de moins, mais en même temps, nous allons donner le meilleur de nous-mêmes. C'est aussi ma dernière année chez Ferrari, alors oui, il n'y a rien à perdre et nous ferons tout pour revenir."

Max Verstappen devant Charles Leclerc au Grand Prix du Japon

Max Verstappen devant Charles Leclerc au Grand Prix du Japon

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

Frédéric Vasseur, directeur de Ferrari, a salué les progrès effectués par l'écurie dans les domaines ou sa monoplace avait du mal la saison passée : les virages à haute vitesse et au niveau de la dégradation des pneus.

Et bien qu'il soit conscient de l'avantage dont dispose Red Bull à l'heure actuelle, il estime que le simple fait de se rapprocher de l'équipe suffit à la mettre sous pression et à lui faire commettre des erreurs, comme cela a été le cas à Melbourne.

"Nous avons fait un grand pas en avant en matière de [virages à haute] vitesse et sur le mode de gestion des pneus par rapport à l'année dernière, et Suzuka en est un bon exemple", déclare le Français. "Mais nous avons encore des faiblesses aujourd'hui. C'est toujours une sorte de compromis, vous améliorez quelque chose et vous perdez quelque chose d'autre."

"Mais dans l'ensemble, je pense que si vous comparez avec Red Bull, les quatre derniers événements de l'année dernière et les quatre premiers événements de cette année, nous avons fait un bon pas en avant. Il est certain que nous avons encore un peu de marge, mais l'objectif est de pouvoir les mettre sous pression, et avec la pression vous commettez plus d'erreurs."

Vasseur est néanmoins conscient des écarts infimes qui séparent les autres écuries de la sienne, et c'est pourquoi il tend à rester objectif en ce qui concerne les espoirs pour le reste de la campagne.

"C'est tellement serré que je pense que ce qui est crucial dans mon métier, c'est l'humilité", rajoute-t-il. "Ce week-end [au Japon], il y avait quatre équipes dans un dixième lors des qualifications. Cela signifie qu'il ne faut pas considérer que ce que vous avez fait un week-end sera vrai le week-end suivant."

"Nous repartirons de zéro la semaine prochaine. Et nous devons garder cet état d'esprit pour toutes les courses."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Un sprint en Chine, pas "le plus intelligent" selon Verstappen
Article suivant Alpine n'a pas besoin de "convaincre" Gasly et Ocon de rester

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse