Vergne attend la pluie

Disposant de son propre aveu d'une bonne marge de progression après la Q1, Jean-Éric Vergne avait bon espoir de réaliser une bonne performance dans la deuxième phase des qualifications

Disposant de son propre aveu d'une bonne marge de progression après la Q1, Jean-Éric Vergne avait bon espoir de réaliser une bonne performance dans la deuxième phase des qualifications.

Mais le Français à commis une erreur dans l'une des portions les plus délicates du circuit de Monaco, le freinage en sortie du tunnel. Le pilote Toro Rosso a ainsi endommagé sa monoplace et a dû mettre pied à terre. Il prendra demain le départ depuis la dix-septième place.

"Je m'attendais à faire mieux, car mon tour en Q1 était loin d'être parfait et je pensais pouvoir mettre tout bout à bout pour la Q2 où nous avions deux relais, mais mon premier s'est terminé dans le mur."

"Je crois que j'ai un peu freiné sur la bosse à la sortie du tunnel et que j'ai heurté le mur extérieur, endommageant ainsi le nez et la suspension arrière droite, ce qui explique pourquoi je n'ai pas pu continuer, même si j'ai réussi à conduire lentement jusqu'aux stands," explique Vergne.

"Voyons ce que nous pouvons faire en course, car tout peut arriver. Jusqu'à l'accident de cet après-midi, je me sentais plutôt bien ici donc j'ai toujours l'espoir de faire une bonne course demain, peut-être avec un peu de pluie pour créer des situations intéressantes."

Vergne dix-septième juste derrière Daniel Ricciardo, cela promet une course difficile demain, surtout sur un tel circuit où dépasser n'est vraiment pas une mince affaire. Laurent Mekies, ingénieur en chef chez Toro Rosso, en est bien conscient et sait qu'il va falloir soigner la stratégie.

"Dans l'ensemble, ça a été un samedi difficile pour nous et notre position sur la grille fait que nous aurons un après-midi compliqué demain. Cependant, nous le savons, la course peut souvent être imprévisible ici et nous allons devoir nous battre ardemment pour prendre des places à nos principaux rivaux devant nous."

"Pour ce qui est de l'accident de Jean-Éric, c'est très difficile de blâmer notre pilote : c'est sa première fois à Monaco dans une monoplace de F1 et il n'a commis aucune erreur en essais libres," souligne-t-il.

"Lorsqu'un pilote attaque fort et essaie de trouver la limite, ce genre de choses arrivent tôt ou tard. Ce n'est pas un problème et tout ira bien avec la voiture pour demain. Il n'a pas été en mesure de faire son dernier relais en Q2 car, même s'il est revenu au stand, la suspension arrière droite était endommagée."

"Étant données nos positions de départ pour demain, dans ce qui est habituellement une course serrée, nous devrons nous montrer inventifs avec notre stratégie et saisir toute opportunité qui se présente à nous," achève le Français.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités