Verstappen assume son "approche critique" envers Red Bull

La colère de Max Verstappen lors des qualifications du Grand Prix de Singapour, après une – rare – erreur commise par Red Bull, n'est pas passée inaperçue. Le Champion du monde assume.

Verstappen assume son "approche critique" envers Red Bull

Max Verstappen a quitté furieux le paddock de Singapour samedi soir, et il assume cette colère. Dans le match pour jouer la pole position, dans un week-end qui peut le sacrer une deuxième fois Champion du monde, le Néerlandais a été privé de son ultime tentative en Q3 en raison d'un mauvais calcul de la quantité de carburant par son équipe. Seulement huitième sur la grille, il repartira le couteau entre les dents ce dimanche mais avant cela, il a bien fait comprendre qu'il était en droit de manifester son mécontentement, que ce soit à la radio quand il a été appelé au stand, ou quelques minutes après la séance. "Je pense qu'ils le savent en ayant vu mon visage et entendu ce que j'ai dit à la radio", tranche-t-il. 

Les erreurs de Red Bull Racing se comptent sur les doigts d'une main cette saison, et c'est sans doute ce qui a pu étonner en découvrant la réaction de Max Verstappen. Néanmoins ce dernier assume de pouvoir exprimer sans filtre son sentiment envers les siens. "Je sais, mais j'aime l'approche critique", se défend-il. "Car lorsque je me foire, ils peuvent aussi me dire que j'ai fait une erreur. Et je pense que ça devrait être réciproque. Parce que c'est comme ça que l'on se maintient dans le bon sens, parce que l'on veut être parfaits, pas seulement être bons. On veut être parfaits."

Lors de la dernière partie des qualifications, Red Bull a demandé à Max Verstappen de couper son effort alors qu'il était en avance pour se ménager une dernière opportunité, la plus tardive possible, sur une piste séchante. Or une fois lancé dans ce dernier tour d'attaque, l'équipe l'a rappelé au stand après s'être rendu compte qu'il n'y aurait pas suffisamment de carburant pour satisfaire aux vérifications techniques de la FIA.

"Je pense que l'on a un peu été pris par surprise avec ce tour supplémentaire", précise le leader du championnat. "Mais vous savez, on peut suivre ça et le voir venir. C'est pourquoi je ne comprends vraiment pas comment on a pu passer à côté. Et bien sûr, avec le recul, ils auraient dû me laisser terminer le tour précédent, où ils m'ont demandé d'arrêter pour créer un écart en vue du dernier tour. Et tout ça a bien sûr été un peu déclenché avec le fait d'avoir Pierre [Gasly] devant moi. C'est pour ça que j'ai dû créer un écart pour le dernier tour, car je me rapprochais de lui. Mais ce n'est pas une excuse. Je ne peux évidemment pas voir combien il reste de carburant dans la voiture, mais on a tous les capteurs du monde pour surveiller ce genre de choses."

Pour décrocher le titre dès ce week-end à Singapour, Max Verstappen doit en premier lieu s'imposer, avant de compter sur une défaillance de Charles Leclerc et Sergio Pérez. En l'état actuel des choses, la situation ne lui est donc pas favorable, surtout sur une piste aussi compliquée que celle de Marina Bay.

"Franchement, c'est un peu comme à Monaco, on est coincé derrière les voitures et on ne peut pas vraiment passer", prévient-il. "On est allés sur des circuits où doubler était possible, et ici ça va être un peu différent, un peu plus frustrant. Mais je sais qu'une fois dans la voiture, je vais tout donner, parce que j'essaie d'aller de l'avant. Mais je ne vois pas vraiment de podium ou de victoire. Sur le sec, je pense que ce sera très difficile pour moi. Mais sur le mouillé, il pourrait y avoir un peu plus de possibilités."

Propos recueillis par Adam Cooper

Lire aussi :
partages
commentaires
Duels en qualifications : le point après le GP de Singapour
Article précédent

Duels en qualifications : le point après le GP de Singapour

Article suivant

Plafond budgétaire : "Fermez-la", rétorque Verstappen aux accusateurs

Plafond budgétaire : "Fermez-la", rétorque Verstappen aux accusateurs