Verstappen dénonce les "hypocrites" après les critiques

Bien au-delà des responsabilités à attribuer dans l'accrochage avec Lewis Hamilton à Monza, Max Verstappen n'a pas goûté les critiques visant son comportement à sa descente de voiture lors du Grand Prix d'Italie.

Verstappen dénonce les "hypocrites" après les critiques

Une grosse dizaine de jours après l'incident du Grand Prix d'Italie avec Lewis Hamilton, Max Verstappen a dénoncé ce qui est à ses yeux une forme d'hypocrisie. Le leader du championnat n'a pas apprécié les commentaires pointant du doigt son attitude lorsqu'il a quitté sa monoplace après l'accrochage de Monza, Hamilton s'étant lui-même dit surpris que son adversaire ne soit pas venu vérifier que tout allait bien.

Les deux hommes se sont accrochés à la première chicane alors que Hamilton venait de sortir des stands après la première salve d'arrêts, menant à l'abandon des deux prétendants au titre et à une succession de commentaires de part et d'autre avant que les commissaires ne tranchent dans ce dossier épineux.

"Il y a beaucoup d'hypocrites dans le monde, c'est certain", a réagi Verstappen ce jeudi à Sotchi, à la veille des premiers essais du Grand Prix de Russie. "Je suis sorti de la voiture et j'ai regardé sur ma gauche. Et évidemment, il essayait encore de faire marche arrière, il bougeait le volant et essayait de sortir de sous ma voiture. Donc je pense qu'il allait très bien. Il a aussi pris l'avion le lundi ou le mardi pour aller à un gala aux États-Unis, je crois qu'on ne fait ça que si l'on va bien. Donc je pense que déjà là-bas [à Monza], tout était sous contrôle."

Quelques heures après l'accrochage entre les deux hommes, les commissaires du Grand Prix d'Italie ont estimé que Verstappen était "en grande partie responsable" et lui ont infligé une pénalité de trois places, qu'il devra purger dimanche sur la grille de départ à Sotchi. Une sanction pour laquelle il avait laconiquement fait part de son désaccord le dimanche soir, sans changer d'avis sur la question encore aujourd'hui.

"J'étais un peu surpris d'apprendre que j'avais une pénalité de trois places sur la grille, mais au bout du compte, c'est ce qu'ils ont décidé. Je ne suis pas obligé d'être d'accord avec ça", insiste-t-il. "J'ai ma propre opinion, évidemment. Mais nous allons de l'avant et faisons de notre mieux. Bien sûr, ce n'est pas idéal, mais ce n'est pas la fin du monde."

À l'image de Lewis Hamilton qui, un peu plus tôt, a fait part de sa foi dans le professionnalisme des deux candidats au titre pour la fin de saison, Max Verstappen ne redoute pas une escalade d'incidents ni un troisième acte après ceux de Silverstone et Monza.

"Pas pour ma part", répond-il. "Je suis plutôt calme et tranquille à propos de tout ça. C'est plutôt les questions que je continue d'avoir à ce sujet. Nous sommes tous suffisamment professionnels pour laisser ce qui s'est passé à Monza derrière nous, et continuer ici à Sotchi et pour les Grands Prix à venir."

Lire aussi :

partages
commentaires
Leclerc n'attend pas "de gros changements" avec le nouveau moteur
Article précédent

Leclerc n'attend pas "de gros changements" avec le nouveau moteur

Article suivant

Disparition de Nino Vaccarella, vainqueur au Mans en 1964

Disparition de Nino Vaccarella, vainqueur au Mans en 1964
Charger les commentaires