Verstappen : Avec le moteur Mercedes, on ne nous aurait jamais revus

Max Verstappen croit que Red Bull aurait dominé la saison 2017 de F1 si l’équipe de Milton Keynes avait disposé de l’unité de puissance Mercedes-Benz.

Verstappen : Avec le moteur Mercedes, on ne nous aurait jamais revus
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13 mène au départ, Lewis Hamilton, Mercedes-Benz F1 W08 victime d'une crevaison après un contact avec Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, passe Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08 pour la tête
Le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing
Le vainqueur Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, sous le drapeau à damier
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen lors d'une démonstration Red Bull à Assen
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13

Renault a fourni des moteurs Champions du monde à l’équipe Red Bull pendant quatre saisons consécutives sous l’ère Vettel, mais le passage aux complexes unités de puissance V6 hybrides a tourné à la faveur du manufacturier allemand, qui n’a pour l’heure laissé filer aucune couronne mondiale depuis l’introduction des nouvelles règles.

Max Verstappen est convaincu du fait que Red Bull disposait en 2017 d’un meilleur châssis que Mercedes. Et même si la firme allemande peut intégrer sa propre unité de puissance dans son package et le contrôler de manière absolue au niveau logiciel − qui plus est avec un partenaire lubrifiant dédié −, le Néerlandais ose suggérer que Red Bull aurait été capable, dans une position de client, d’en extraire un rendement suffisant pour s’imposer.

"Je pense qu’ils ne nous auraient jamais revus si nous avions eu un moteur Mercedes dans le dos", annonce-t-il sans équivoque à Motorsport.com.

Renault a beau avoir fait de gros gains de puissance en 2017, Verstappen demeure certain du fait qu’il disposait de "moins de chevaux que les autres constructeurs, à l’exception de Honda".

Chez Renault, le MGU-H était particulièrement vulnérable, poussé dans ses retranchements. "Le nôtre n’était juste pas assez stable comparativement à celui de Mercedes et Ferrari. Mais c’est dû à plusieurs choses, sinon ils auraient résolu cela il y a longtemps, bien entendu."

Un développement supérieur à celui de la concurrence ?

Red Bull espérait revenir dans la lutte pour les titres mondiaux en 2017, à la faveur de nouvelles règles remettant quelques sujets à plat du point de vue aérodynamique. Mais c’est bien Ferrari qui est parvenu à prendre la place de dauphin au championnat, en dépit de trois victoires signées par Ricciardo et Verstappen − les deux du Néerlandais ayant été signées dans le dernier quart de la saison à l’issue d’un intense travail de développement.

"On a vu que l’équipe est capable de vite inverser la vapeur. Ils ont pensé y aller avec une configuration à faible trainée, mais pour certaines raisons, ça n’a simplement pas fonctionné. Peut-être que c’était un peu trop optimiste. Bien entendu [au moment où les choses sont rattrapées, ndlr], ta saison est déjà perdue, mais cela donne confiance dans l'avenir et quant au fait que les choses vont dans la bonne direction," de conclure Verstappen.

 

partages
commentaires
Pas de risque de surmenage pour Alonso, "avant tout pilote F1 McLaren"

Article précédent

Pas de risque de surmenage pour Alonso, "avant tout pilote F1 McLaren"

Article suivant

Rétro 1977 - Première victoire de Ligier et de Jacques Laffite

Rétro 1977 - Première victoire de Ligier et de Jacques Laffite
Charger les commentaires