Verstappen/Hamilton : la FIA aurait pu "marquer le coup" selon Horner

Dans une communication officielle qui intervient cinq jours après le Grand Prix d'Italie, Christian Horner a distillé au nom de Red Bull Racing plusieurs messages sans équivoque.

Verstappen/Hamilton : la FIA aurait pu "marquer le coup" selon Horner

Avec le recul et loin du feu de l'action, Christian Horner affirme partager "toujours la même conviction" quant aux responsabilités dans l'accrochage polémique survenu au Grand Prix d'Italie entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Revenant sur les événements de Monza, le directeur de Red Bull Racing a, dans une chronique, fait passer plusieurs messages en filigrane.

Le premier concerne l'origine de cette situation et le fait que les deux prétendants au titre mondial se soient retrouvés à la lutte directe alors que c'était loin d'être le cas lors du premier relais de la course. Sur ce point, Christian Horner rappelle l'arrêt au stand qui a duré plus d'une dizaine de secondes pour Max Verstappen, et vise clairement la directive technique récemment imposée par la FIA au sujet des procédures dans les stands.

"Il y a eu une erreur humaine rare lors de notre arrêt au stand, conséquence de la nouvelle directive technique, mais c'est néanmoins quelque chose dont nous devons tirer les leçons", assure le Britannique. "Cet arrêt trop lent a fait sortir Max plus loin qu'il ne l'aurait dû. Mercedes a aggravé cette situation car ils ont aussi raté leur propre arrêt sur la voiture de Hamilton, ce qui fait que les deux pilotes se sont retrouvés roue contre roue."

Si la FIA voulait marquer le coup, elle aurait pu infliger la même pénalité aux deux pilotes.

Christian Horner

Concernant l'incident de la première chicane, au sujet duquel les commissaires sportifs ont tranché en estimant que Max Verstappen était "en grande partie responsable" et en infligeant au Néerlandais une pénalité de trois places sur la grille du Grand Prix de Russie, Red Bull accepte la décision. Toutefois, le point de vue de Christian Horner n'a pas évolué, et il estime même que la FIA a manqué l'occasion de calmer tout le monde dans la course au titre.

"Les deux pilotes savaient qu'ils devaient être devant en raison de la difficulté à dépasser", observe-t-il. "Max voulait profiter de l'élan et Lewis voulait conserver sa position. Je partage toujours la même conviction aujourd'hui : tous les deux ont joué un rôle et il est difficile de rejeter la faute d'un côté plus que d'un autre. Si la FIA voulait marquer le coup, elle aurait pu infliger la même pénalité aux deux pilotes, mais la faute a été jugée plus lourde du côté de Max, et vu qu'il n'a pas terminé la course, la seule option était de lui donner une pénalité sur la grille, ce que nous acceptons."

Enfin, et comme tout le monde a pu le faire après l'accident, Christian Horner a loué les bienfaits du Halo, qui a épargné de graves blessures potentielles à Lewis Hamilton. L'occasion, au passage, d'insister sur le fait que le septuple Champion du monde avait immédiatement communiqué être indemne, lui qui s'était étonné de l'absence de préoccupation chez Max Verstappen à sa descente de voiture.

"C'était un choc embarrassant, mais les deux pilotes ont instantanément confirmé qu'ils allaient bien", souligne-t-il. "Alors que Lewis essayait de faire marche arrière et de reprendre la course, la voiture médicale n'a même pas eu besoin d'être déployée. Je suis reconnaissant que le Halo ait fait ce qu'il avait à faire. Je pense que même les sceptiques les plus virulents ont maintenant changé d'avis à ce sujet."

Lire aussi :

partages
commentaires
Hill : L'accrochage de Monza "démontre un manque de maîtrise de soi"
Article précédent

Hill : L'accrochage de Monza "démontre un manque de maîtrise de soi"

Article suivant

La science a sauvé Hamilton, pas la chance

La science a sauvé Hamilton, pas la chance
Charger les commentaires