Verstappen : "Si je tourne plus fort, je pars en tête-à-queue"

Au centre des attentions après l'incident du Grand Prix de São Paulo avec Lewis Hamilton, Max Verstappen s'est défendu de toute volonté d'infraction.

Verstappen : "Si je tourne plus fort, je pars en tête-à-queue"

Les actions en piste de Max Verstappen sont au cœur de la controverse depuis le 48e tour du Grand Prix de São Paulo, quand le Néerlandais, tentant de récupérer la position de tête face à Lewis Hamilton, a retardé son freinage, plongé à la corde du virage 4 puis est sorti largement de piste, entraînant son adversaire et rival pour le titre avec lui. L'incident a été "noté" par la direction de course, mais les commissaires ont décidé de ne pas ouvrir d'enquête. Quelques minutes après, le Britannique a pris pour de bon les rênes et s'est imposé.

En dépit de cette victoire venue de loin, Mercedes a annoncé ce mercredi, peu après la parution de la vidéo de la caméra embarquée de la Red Bull #33, déclencher un recours en révision, actuellement jugé par le même collège de commissaires, au Qatar ou via vidéoconférence. Ces images semblent montrer que l'angle appliqué au volant par Verstappen n'était pas suffisant pour lui permettre de passer le virage suite à son freinage tardif, ce qui a renforcé la conviction d'un certain nombre d'observateurs quant à l'illégalité de cette action.

Interrogé en conférence de presse, le leader du championnat a tout de même expliqué que si c'était à refaire, il referait exactement la même chose. "Oui. Vous savez, en tant que pilote, je pense que nous savons exactement ce que nous pouvons ou ne pouvons pas faire dans une voiture. Nous nous sommes battus durement, en freinant tard dans le virage, les pneus étaient assez usés. Si j'avais tourné plus fort vers la gauche, je serais parti en tête-à-queue. C'est pour ça que nous sommes les pilotes. Nous essayons de contrôler la voiture."

"Je n'ai pas eu besoin de regarder les images parce que je pilotais la voiture", a-t-il répondu à la question de savoir s'il avait visionné la séquence. "Je sais exactement ce qui s'est passé. Et comme je l'ai dit la dernière fois, j'ai trouvé que c'était une belle bataille et je me suis beaucoup amusé. Au bout du compte, ils ont gagné la course. C'est normal. Ils étaient plus rapides que nous. Mais oui, c'était une bonne bataille."

Verstappen a ajouté ne pas être "surpris" que Mercedes ait choisi d'aller plus loin sur le plan procédural, dans un contexte où la lutte pour le titre F1 gagne encore en intensité. "Je pense que c'est tout à fait normal quand c'est entre deux équipes au lieu d'une seule équipe avec deux pilotes, n'est-ce pas ? Donc oui, je dois juste me concentrer sur ce qui se passe sur la piste, bien sûr. Le reste sera géré."

Si les commissaires estiment finalement que Verstappen a effectivement enfreint les règles, il pourrait faire face à une pénalité de temps et perdre une position au classement final, mais il ne s'est pas spécialement inquiété de cette perspective. "Je n'y pense même pas. Et aussi, si, si... ce n'est pas la fin du monde."

"Mais encore une fois, je ne m'attends pas à ce que cela se produise parce que je trouvais que c'était une course fair-play et dure, et entre les deux gars qui se battent pour le championnat. Ça n'aurait de toute façon pas été un dépassement facile. Parce que ce n'est pas comme ça que je suis, et je ne pense pas que ça devrait être comme ça quand vous vous battez pour le titre."

Lire aussi :
partages
commentaires
Vettel : La révision de l'incident Verstappen/Hamilton est "inutile"
Article précédent

Vettel : La révision de l'incident Verstappen/Hamilton est "inutile"

Article suivant

Moteurs utilisés : où en sont les pilotes F1 au Qatar ?

Moteurs utilisés : où en sont les pilotes F1 au Qatar ?
Charger les commentaires