Max Verstappen : "Pas nécessaire de parler du rythme"

Max Verstappen se réjouit d'avoir bouclé une journée réussie à Bahreïn, mais le Néerlandais tempère immédiatement toute interprétation de son meilleur temps.

Max Verstappen : "Pas nécessaire de parler du rythme"

Attendu comme l'un des principaux concurrents de Mercedes, Max Verstappen restera comme celui qui a bouclé la première journée d'essais hivernaux en tête, vendredi à Bahreïn. On ne le dira jamais assez, la feuille des temps est anecdotique et son interprétation particulièrement limitée, mais chacun sait aussi qu'il est toujours plus appréciable de figurer à son sommet.

Plus que son chrono en 1'30"674, réalisé dans l'après-midi avec des pneus mediums, le pilote Red Bull Racing retient une journée "très positive". En plus d'avoir été le plus rapide, il a surtout été celui qui a bouclé le plus grand nombre de tours : 129, soit largement plus du double que la distance parcourue par Mercedes, qui a quasiment perdu sa matinée. Une donnée davantage significative.

Lire aussi :

Entre des chronos très peu lisibles et des sensations décrites avec beaucoup de prudence, il demeure difficile de cerner la réalité. On s'attardera alors sur l'optimisme affiché par un Max Verstappen qui a lui-même rappelé qu'il faudrait, comme toujours, patienter jusqu'aux qualifications du premier Grand Prix afin d'avoir les idées un peu plus claires.

"Nous avons connu une journée très positive", insiste-t-il. "Nous avons pu faire beaucoup de tours, même si les conditions de piste étaient plutôt difficiles, très chaudes, avec énormément de vent. Et bien sûr, nous savons que la dégradation [des pneus] ici est assez élevée, donc ce n'est pas facile de faire beaucoup de tours consécutifs. Mais nous sommes très heureux aujourd'hui. Il n'est pas nécessaire de parler du rythme ou autre. Nous avons juste bouclé notre programme. La voiture était agréable à piloter, et je pense que c'est toujours un point de départ positif pour des essais comme ceux-ci. C'est évidemment ce que l'on vise. Quand on peut faire une journée comme celle-ci, on est tous très heureux."

On l'aura bien assimilé, il n'y a rien à conclure des chronos du jour, qui n'indiquent pas encore si la RB16B aura le potentiel de rivaliser avec la Mercedes W12. En saura-t-on davantage d'ici dimanche soir ? "Peut-être un peu plus", avance Verstappen. Et c'est déjà beaucoup ! "Je veux toujours attendre la Q3 du premier week-end de Grand Prix. Ce n'est qu'ensuite que l'on connaît le véritable rythme de toutes les voitures."

Cette première journée a été perturbée dans l'après-midi par une tempête de sable qui a rendu précaires l'adhérence et la visibilité, notamment lorsque le soleil a commencé à se coucher pour laisser les puissants projecteurs du circuit de Sakhir prendre le relais. Les pilotes ont dû s'adapter à ces conditions changeantes et peu idéales, qui n'ont toutefois pas tant dérangé Verstappen. "C'est juste la chaleur au début qui a rendu les choses globalement plus difficiles", explique-t-il. "Mais je dois dire que j'ai dû changer ma visière. Je crois que ça paraît toujours un peu plus compliqué à travers les caméras. Assis dans la voiture, ça va."

Samedi, c'est Sergio Pérez qui lui succédera au volant de la Red Bull, pour une journée d'adaptation particulièrement importante. Verstappen sera de retour au volant dimanche après-midi, pour conclure les essais hivernaux.

partages
commentaires
Esteban Ocon : "On a appris tout ce qu'on voulait"
Article précédent

Esteban Ocon : "On a appris tout ce qu'on voulait"

Article suivant

Sebastian Vettel doit encore s'habituer à son Aston Martin

Sebastian Vettel doit encore s'habituer à son Aston Martin
Charger les commentaires