Formule 1
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
22 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
71 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
84 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
106 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
127 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
141 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
155 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
183 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
190 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
204 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
211 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
239 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
246 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
260 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
274 jours

Pneus, moteur, aéro : ce que changerait Verstappen

partages
commentaires
Pneus, moteur, aéro : ce que changerait Verstappen
Par :
22 avr. 2019 à 08:02

S'il avait une baguette magique ou la possibilité d'exaucer trois vœux, Max Verstappen ne manquerait pas d'idées pour rendre la Formule 1 plus à son goût !

La Formule 1 se cherche une nouvelle réglementation pour marquer l'entrée dans une nouvelle ère en 2021. Si l'on connaît les pistes explorées, et la tendance générale, rien n'est gravé dans le marbre et les discussions se poursuivent encore et encore entre les acteurs de la catégorie reine. D'ici-là, des modifications techniques ont déjà été apportées cette année pour travailler sur les dépassements et, surtout, sur la difficulté pour les monoplaces de se suivre sans perdre en performance. La base s'avère intéressante si l'on se fie au début de saison, mais toutefois insuffisante aux yeux de certains pilotes.

Lire aussi:

Max Verstappen, lui, avoue qu'il changerait plusieurs choses pour rapprocher la F1 de son idéal à ses yeux, à commencer par les pneus, cible de tant de critiques depuis plusieurs années. "Actuellement, ils sont très sensibles et surchauffent rapidement", décrit le pilote Red Bull sur son site officiel. "Du coup on glisse davantage et c'est dur de suivre les autres. C'est donc difficile de se battre pendant une course. Le DRS aide à se rapprocher, mais au final, je ne veux pas dépendre de ça. Après un tour rapide, il faut aussi ralentir pour pouvoir en faire un autre. Car les pneus doivent refroidir et cela prend du temps. C'est pareil en course. Il faut rester dans une certaine limite, sinon les pneus surchauffent. J'aimerais piloter beaucoup plus vite."

La prépondérance du moteur

Des étincelles sortent de la voiture de Max Verstappen, Red Bull Racing RB15

Le Néerlandais regrette également le manque de convergence sur le plan des motorisations, alors que les unités de puissance turbo hybrides viennent d'entrer dans leur sixième saison d'exploitation. "Nous devrions être moins dépendants des moteurs", plaide-t-il. "Il y a pour le moment une trop grande différence entre les moteurs. Ces dernières années, le championnat a essentiellement été remporté par l'équipe qui avait le meilleur bloc. Globalement, il faudrait maintenir cette différence entre 20 et 30 chevaux."

C'est d'ailleurs sous l'ère hybride que le fossé s'est creusé entre les trois top teams et le reste de la grille. Un écart de performance "trop important" pour Verstappen : "La différence entre la troisième et la quatrième équipe est quasiment d'une seconde. Je pense que les courses seraient bien plus chouettes si l'on pouvait rapprocher tout le monde."

Enfin, Max Verstappen ne serait pas contre une simplification de certains éléments aérodynamiques en F1, compte tenu de la prépondérance que peuvent prendre certains d'entre eux pour le comportement global des monoplaces. "Concernant l'aéro, ça n'a pas besoin d'aller aussi loin pour moi, tant que l'on peut se battre les uns contre les autres", souligne-t-il. "Ou bien que lorsque l'on touche quelqu'un et que quelque chose casse, ça ne coûte pas une demi-seconde au tour. Aujourd'hui, quand on passe un peu trop vite sur un vibreur, la moitié du fond plat de la voiture s'arrache, et ce n'est pas ce que l'on veut."

 
Article suivant
Haas F1 se prépare au pire à Bakou

Article précédent

Haas F1 se prépare au pire à Bakou

Article suivant

C'était un 22 avril : le premier podium de Grosjean

C'était un 22 avril : le premier podium de Grosjean
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Max Verstappen Boutique
Équipes Red Bull Racing Boutique
Auteur Basile Davoine