Verstappen : "À Bakou, Red Bull était plus rapide que Ferrari"

Alors que Daniel Ricciardo a remporté le Grand Prix d’Azerbaïdjan, Max Verstappen était déjà depuis longtemps hors course à Bakou. Il est revenu en conférence de presse sur sa déception azérie mais aussi les progrès de son team.

Verstappen : "À Bakou, Red Bull était plus rapide que Ferrari"
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Mariah Carey, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing et Max Verstappen, Red Bull Racing
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13

Le Néerlandais a connu une nouvelle frustration lors du dernier GP en abandonnant précocement suite à un problème technique. Une situation d’autant plus difficile que c’est son équipier qui est monté sur la plus haute marche du podium, en profitant de circonstances de course favorables après une séance de qualifications où Verstappen l’avait largement devancé.

Interrogé sur ce qu’il a fait pour évacuer cette nouvelle désillusion, le #33 répond : "C'est très simple. On appelle ses amis et on s'amuse. Puis on repart de zéro à la course suivante en essayant d'en faire une bonne. C'est très décevant, mais que puis-je y faire ? Je fais de mon mieux en espérant finir la course."

"J'étais très déçu. Cela m'a pris dix minutes pour trouver la chaîne qui diffusait la course. Je me connais, je sais que quand je suis déçu, c'est mieux de ne pas parler aux médias, car je risque de dire des choses que je vais regretter et qui vont prendre de l'ampleur. C'est pour ça que je suis rentré."

Malgré ses nombreux abandons sur défaillances techniques, Verstappen note les progrès de la RB13 et le fait que l’écart se réduit sur Mercedes et Ferrari, même si Bakou n’a pas vraiment appuyé sur les qualités de la monoplace autrichienne. "Nous rattrapons notre retard, c'est positif. Il faut vraiment progresser, car à Bakou, l'écart était d'une seconde. Dans le deuxième secteur, avec tous les virages, nous étions les deuxièmes plus rapides, c'était un point positif."

"Mercedes reste devant. Ferrari, c'est assez compliqué à juger. Nous étions clairement devant à Bakou, mais il faut attendre un peu. Les équipes ne restent pas immobiles, c'est en perpétuel mouvement. Il faut avancer plus vite que les autres pour rattraper Mercedes."

"Même le samedi, nous nous rapprochons, mais nous ne sommes pas encore en mesure de les battre. À Bakou, j'étais coincé derrière Pérez, mais nous étions plus rapides que les Ferrari. Les Mercedes sont à un autre niveau."

L’Autriche a beau être la course à domicile de Red Bull, le tracé de Spielberg, avec dix virages et de longues portions droites, ne joue pas non plus sur les qualités naturelles de la RB13. "Je me suis préparé mercredi sur le simulateur pour avoir le meilleur équilibre possible au début du week-end. Nous espérons marquer des points. [La pluie] aiderait peut-être. Mais la priorité, c'est de finir la course."

Interrogé sur le sujet de l’incident entre Sebastian Vettel et Lewis Hamilton, et notamment sur le point de savoir si l’ancien pilote de la filière Red Bull avait un problème de tempérament, Verstappen répond : "Je ne pense pas. Sebastian pensait qu'il y avait eu un freinage dangereux, sinon, je ne pense pas qu'il l'aurait fait. Je ne pense pas qu'il ait un vrai problème, ça se verrait sinon. Nous avons tous des émotions, ça s'entend à la radio, mais sinon, ce serait ennuyeux. Nous sommes des êtres humains. Et vous n'auriez plus de sujets sur lesquels écrire !"

partages
commentaires
Sainz : Rester chez Toro Rosso en 2018 est "peu probable"

Article précédent

Sainz : Rester chez Toro Rosso en 2018 est "peu probable"

Article suivant

Räikkönen et Bottas relativisent leurs quatre accrochages en deux ans

Räikkönen et Bottas relativisent leurs quatre accrochages en deux ans
Charger les commentaires