Verstappen veut une révision du système de pénalités moteur

Sa rapprochant de plus en plus d'une pénalité inéluctable en fin de saison, Max Verstappen estime que la Formule 1 devrait revoir le système de sanctions liées au moteur.

Verstappen veut une révision du système de pénalités moteur

Honda a révélé ce jeudi que le deuxième moteur monté cette année par Max Verstappen ne pourrait plus être réutilisé à la suite de l'accident subi à Silverstone, après l'accrochage avec Lewis Hamilton. Red Bull a donc dû monter dès la Hongrie son troisième bloc propulseur, soit le dernier permis par le règlement avant pénalité.

Il apparaît donc probable que le Néerlandais soit contraint, comme son équipier Sergio Pérez qui a perdu son unité de puissance lors du carambolage du départ au Hungaroring, de monter un quatrième moteur d'ici la fin de la saison, ce qui occasionnera automatiquement une pénalité d'au moins dix places sur la grille voire plus suivant ce qui est changé. Une situation qui pourrait coûter relativement cher au Néerlandais qui se bat pour le titre contre Hamilton et compte actuellement huit points de retard.

S'exprimant face à ses médias nationaux, Verstappen a estimé que la F1 devait "se pencher sur le sujet à l'avenir", trouvant injuste que des pilotes perdent des moteurs en raison d'accidents dont ils ne sont pas responsables. "Si quelqu'un vous percute, et que vous subissez des dégâts à cause de ça et que vous devez utiliser un moteur supplémentaire en raison du règlement, je ne pense pas que ça devrait se passer comme ça."

"Il devrait y avoir un peu plus de marge de manœuvre. Vous pourriez aussi faire en sorte que s'il y a des dommages causés par quelqu'un d'autre, vous êtes autorisé à monter de nouvelles pièces. C'est quelque chose dont nous, mais aussi Ferrari, avons souffert en Hongrie. Ils ont aussi perdu un moteur. C'est quelque chose que nous devons examiner, surtout quand vous êtes si limités au niveau des moteurs et de toutes les autres pièces, et avec un budget limité aussi."

Lire aussi :

Ferrari avait révélé après le GP de Hongrie que le moteur de Charles Leclerc avait subi des dégâts terminaux, l'obligeant également à passer à sa troisième unité de puissance de l'année dès Spa et l'exposant donc à une pénalité plus tard. Mattia Binotto, le directeur de la Scuderia, a déjà appelé plus tôt à ce que le paiement des réparations des accidents revienne aux écuries dont le pilote est responsable.

Interrogé par Motorsport.com sur cette idée, Verstappen a estimé que cela rendrait les pilotes "plus responsables lors du premier tour de la course". "Cela empêcherait les gens de faire des choses stupides, car ils sauraient que cela pourrait avoir un impact sur leur équipe et finalement sur eux-mêmes. C'est quelque chose que nous devons examiner en Formule 1. Ferrari l'a bien sûr également souligné. Nous verrons donc ce qui en ressortira."

Une vision des choses que ne partage pas le directeur de McLaren, Andreas Seidl, qui pointe notamment du doigt la difficulté de juger ce qui relèvera de la responsabilité d'un pilote ou d'un simple incident de course – tâche déjà compliquée actuellement alors que les enjeux ne sont pas liés à un quelconque dédommagement – puis ce qui constituera ou non un dégât à faire payer.

"Nous en arrivons toujours à la même conclusion, qu'il est simplement difficile de déterminer ce qui est un véritable dégât résultant d'un incident et ce qui ne l'est pas", a déclaré l'Allemand en réponse à une question de Motorsport.com. "Par conséquent, je pense que de notre point de vue, nous sommes heureux de la réglementation en vigueur. Cela fait partie du jeu dans lequel nous évoluons. Au final, comme vous l'avez dit, c'est de la malchance."

Avec Ronald Vording et Luke Smith

partages
commentaires
Leclerc doit changer de châssis après son crash des EL2
Article précédent

Leclerc doit changer de châssis après son crash des EL2

Article suivant

Pénalités moteur : Red Bull attend de connaître le calendrier final

Pénalités moteur : Red Bull attend de connaître le calendrier final
Charger les commentaires