Vettel sanctionné après son tour en scooter

Sebastian Vettel a été sanctionné d'une amende pour sa virée à scooter à la fin des Essais Libres 1 du Grand Prix d'Australie 2022 de F1.

Vettel sanctionné après son tour en scooter

Convoqué par les commissaires après les Essais Libres 2, Sebastian Vettel était soupçonné d'avoir procédé à une "utilisation non autorisée d'un scooter sur le circuit" de l'Albert Park dans les minutes qui ont suivi la fin des EL1. L'Allemand, victime d'une panne à un quart d'heure de la fin de la première séance du vendredi, est en effet rentré dans le paddock en utilisant un scooter de l'organisation et en empruntant la piste une fois le drapeau à damier agité.

L'article 26.7 du Règlement Sportif interdit normalement cela, en limitant les cas où un pilote peut revenir de lui-même aux situations où il peut utiliser sa voiture ou y aller à pied, et toujours après autorisation d'un des commissaires de piste. Et les commissaires sportifs ont reconnu le quadruple Champion du monde coupable d'une infraction, et lui ont infligé une amende de 5000 euros.

Dans la justification de cette décision, il est notamment indiqué : "VET est parti seul vers les stands sans autorisation préalable de le faire. Dans le même temps, le commissaire essayait de contacter la direction de course pour [obtenir] des instructions. En conduisant sur le circuit pour aller vers son stand, au lieu [d'utiliser] la route prévu à cet effet, VET a enfreint l'article 26.7 du Règlement Sportif de la Formule 1."

"Évidemment, nous avons eu un problème, il y avait un peu de fumée, et j'ai perdu de la puissance", avait expliqué Vettel après des EL2 qu'il n'a pas pu disputer et avant de se rendre auprès des commissaires, qui n'ont donc visiblement pas eu confirmation de sa version des événements. "Et nous avons dû arrêter la voiture sur la piste. Et j'ai fait du mieux que j'ai pu pour limiter les dégâts et la sortir de la piste dès que possible."

"J'ai essayé de faire en sorte que la voiture ne soit pas plus endommagée. Le commissaire a été très utile, il avait un Leatherman [une pince multifonction, ndlr]. J'ai demandé une clé Allen puis nous avons enlevé une partie de la carrosserie pour pouvoir aller en dessous et refroidir la voiture. C'était un peu de travail."

"[Ensuite] j'ai demandé : 'Je peux rentrer ?', dès que j'ai su que la voiture était en sécurité et qu'elle ne prendrait pas feu à nouveau. Quoi qu'il en soit, la séance était terminée, et j'ai demandé 'Est-ce que quelqu'un va venir ?'. Ils ont répondu 'Oui, oui, dès que la séance sera terminée'. Et puis le gars est arrivé avec un scooter et il a dit 'Vous pouvez monter à l'arrière'."

"J'ai dit 'Je peux le conduire ?' Parce que je préfère conduire moi-même. Et puis il m'a tendu le scooter, alors j'ai dit 'OK', et il a dit 'Allez-y'. Et je suis parti. Je veux dire, je préférerais avant tout récupérer la voiture et ne pas avoir de problème. Je ne suis pas ici pour conduire un scooter."

Il est également à noter que, Lance Stroll et Lewis Hamilton, tous deux soupçonnés d'avoir gêné un pilote (Carlos Sainz pour le premier, et Stroll lui-même pour le second) lors des EL2, n'ont été reconnus coupables d'aucune infraction.

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Hamilton : "Aucune modification ne fait de différence" chez Mercedes
Article précédent

Hamilton : "Aucune modification ne fait de différence" chez Mercedes

Article suivant

Pierre Gasly se méfie d'Alpine et d'Alonso en Australie

Pierre Gasly se méfie d'Alpine et d'Alonso en Australie