Vettel assure que "90 à 95% des pilotes" sont pour le Halo

Alors que l’avenir du Halo pour la saison 2017 devrait prendre un tournant décisif dans les prochaines heures, Sebastian Vettel assure que le soutien des pilotes concernant ce dispositif est massif.

Vettel assure que "90 à 95% des pilotes" sont pour le Halo
Conférence de presse de la FIA : Rio Haryanto, Manor Racing, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing, Felipe Nasr, Sauber, Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1, Sebastian Vettel, Ferrari, Pascal Wehrlein, Manor Racing
Pierre Gasly, pilote d'essais Red Bull Racing RB12 teste le système Halo
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H avec le Halo 2
Marcus Ericsson, Sauber F1 Team, et Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team, durant la parade des pilotes
Pierre Gasly, pilote de réserve Red Bull Racing, teste le système Halo sur la RB12
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H avec le Halo 2
Départ : Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid mène
Pierre Gasly, pilote d'essais Red Bull Racing RB12 teste le système Halo
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H avec le Halo 2
La parade des pilotes
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H avec le Halo 2
Pierre Gasly, Red Bull Racing RB12 , teste le système Halo
Sergio Perez, Sahara Force India F1 lors de la parade des pilotes
Le Halo utilisé sur la Ferrari SF16-H

La conférence de presse de la FIA qui se tient à la veille des premiers tours de roue des F1 sur le circuit de Hockenheim a été l’occasion pour les pilotes présents de livrer leur sentiment vis-à-vis du système de protection du cockpit dit "Halo", dont l’introduction dans le Règlement 2017 est en ce moment même discutée par les différentes instances de la discipline.

Or, il existe une probabilité que la mise en place de ce dispositif de sécurité soit bloquée, notamment par Red Bull - membre du Groupe Stratégique et de la Commission F1 - qui a déjà indiqué ne pas être en faveur de cela.

Une situation qui n’est pas sans agacer quelque peu Sebastian Vettel, qui assure que le soutien des pilotes est quasi unanime. "Je suis un peu surpris, parce qu'on ne dirait pas que nous savons ce que nous voulons. 90 à 95% des pilotes ont voté pour."

"Nous n'aimons pas le look du halo, mais rien ne justifie la mort. Ce serait probablement la première fois dans l'histoire de l'humanité que nous tirons des leçons et que nous ne changeons pas."

Le quadruple Champion du monde ne manque pas non plus de rappeler que la FIA, dans le domaine de la sécurité, est en capacité d’imposer une mesure réglementaire à l’ensemble des acteurs du paddock. "La FIA fait ce qu'elle veut. Sur motif de sécurité, elle peut faire ce qu'elle veut. Le message des pilotes est clair. Je pense que c'est très clair."

L'approche des pilotes ne va pas changer

Daniel Ricciardo, quant à lui, tient à insister sur le fait que le Halo ne changera pas fondamentalement les choses même s’il s’agira d’une évolution notable des monoplaces. "Je pense que ce que les gens de l'extérieur doivent comprendre, c'est que ça va rendre plus sûr mais que nos risques ne vont pas changer."

"Notre approche d'un virage ne va pas changer. Il faut empêcher les débris de nous percuter. Il faut écarter ce risque, et je pense que ça fera du bon travail à cet égard. Nous allons quand même passer Eau Rouge à fond, Halo ou non. Les gens doivent comprendre que nous restons des pilotes de course."

La présentation faite par la FIA du Halo et de ses bienfaits en marge du Grand Prix de Hongrie a semblé avoir fait forte impression auprès des pilotes, et Pascal Wehrlein y a été sensible. "Je suis pour le Halo, surtout après l'exposé qui nous en a été fait à Budapest. C'est une très bonne solution, pas très belle, mais cela nous donne 17% plus en sécurité."

"Ce n'est pas très beau, mais la sécurité est la priorité", a déclaré de son côté Felipe Nasr. "J'y suis favorable. Avec ce que nous avons, c'est quelque chose de mieux. Les gens vont devoir s'y habituer, car ça a l'air très différent."

La F1 est "déjà sûre" pour Hülkenberg

Seule voix légèrement discordante lors de cette conférence de presse, Nico Hülkenberg qui maintient que l’attrait du spectacle de la F1 est aussi le danger. "Il y a des opinions différentes chez les pilotes. Certains aiment, d'autres pas. Esthétiquement, ce n'est pas très attirant. Mais cela sauverait probablement des vies."

"Cela dit, la Formule 1 est déjà sûre, et il faut garder un élément de danger pour la rendre spectaculaire. Ce n'est toutefois pas entre nos mains."

Présentation vidéo du GP d'Allemagne :

partages
commentaires
Il reste de l'incertitude sur le marché des transferts
Article précédent

Il reste de l'incertitude sur le marché des transferts

Article suivant

Verstappen face à Räikkönen : "Senna et Prost auraient aimé"

Verstappen face à Räikkönen : "Senna et Prost auraient aimé"
Charger les commentaires