Vettel attend d'autres réponses de Pirelli pour le long terme

Sebastian Vettel a affirmé que la réaction rapide de Pirelli après les spectaculaires crevaisons qui ont terni le Grand Prix de Belgique il y a deux semaines le réconforte dans le travail qu’effectue l’entreprise italienne en Formule 1.

Il ajoute toutefois que la discipline doit en tirer des leçons. Sebastian Vettel, pilote de l’écurie Ferrari, a quitté le circuit de Spa-Francorchamps en furie après avoir perdu la troisième place à cause d’une délamination de son pneu en toute fin de course, qu’il a qualifiée d'''inacceptable".

L’Allemand, quatre fois champion du monde, déclare avoir été rassuré par les conclusions de l’analyse des pneus incriminés effectuée par Pirelli. Il ajoute toutefois qu’un peu plus de travail est requis afin que la situation ne se répète pas à l’avenir.

“Je crois qu’il est inadmissible de voir un pneu exploser d’une telle façon, sans aucun avertissement. C’est ce que j’ai dit après la course, et il n’y a rien à ajouter”, a-t-il dit dans le paddock du circuit de Monza.

“Les analyses qui ont été effectuées, et ce qui a été étudié et discuté par la suite, expliquent en partie ce qui est survenu, mais ne l’expliquent pas entièrement probablement, et elles se poursuivent donc. Le point crucial est que nous continuions à progresser. Pirelli a agit de façon professionnelle. Ils ont traité cette affaire avec un soin extrême, et les choses vont dans la bonne direction”.

Un changement à long terme

Pirelli a imposé certains correctifs à court terme pour le Grand Prix d’Italie, en fixant aux écuries de nouvelles valeurs limites de pression d’air dans les pneus et d’angle de carrossage.

Ces nouvelles mesures imposent 0,5 degré de moins en carrossage, et une hausse des pressions d’air de 5 psi pour les pneus arrière, et de 4 psi pour les pneus avant. Ces changements représentent un écart d’environ 25 à 30% par rapport aux limites normales.

Vettel approuve cette décision, mais croit que d’autres modifications devront être validés pour l’avenir.

“C’est bien d’imposer quelques correctifs pour le court terme, comme l’ajustement des pression d’air par exemple. Nous verrons bien ce que cela donnera comme résultat. C’est rassurant d’obtenir une réaction rapide, pour quelques jours ou quelques semaines, mais nous devons comprendre ce qui s’est produit pour assurer le long terme."

“Je crois qu’il est évident que tout le monde travaille de son mieux. Je crois que nous avons connu une situation semblable il y a de cela quelques années, qui était aussi inacceptable, et on a assisté à un changement immédiat. Nous n’avons plus connu d’ennuis par la suite. On peut donc constater qu’une approche professionnelle fonctionne et mène à des résultats satisfaisants”.

La faute aux débris

Nico Rosberg, de l’équipe Mercedes AMG, se dit être à l’aise avec les conclusions de l’étude effectuée par Pirelli depuis Spa.

“La situation a été gérée avec une extrême précision. Je suis convaincu que nous roulerons en toute sécurité ici à Monza”, déclare l'Allemand.

Si les débris présents sur la piste ont été identifiés comme principaux responsables des crevaisons survenues à Spa, Felipe Massa suggère que l’emphase doit être maintenant placée sur la production d’une gomme plus résistante aux entailles.

“Il y a des débris sur la piste à toutes les course. Et sur certains circuits, il y en a plus que sur d’autres”, affirme Massa. “Il est évident que les pneus doivent être suffisamment résistants pour rouler sur ces débris qui traînent sur les pistes”.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP d'Italie
Circuit Monza
Pilotes Felipe Massa , Nico Rosberg , Sebastian Vettel
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités
Tags pirelli