Vettel : "Je crois toujours que Ferrari a quelque chose d'unique"

Sebastian Vettel revient sur la prolongation de son contrat chez Ferrari et sur la volonté de construire sa propre histoire avec la génération actuelle à Maranello.

Vettel : "Je crois toujours que Ferrari a quelque chose d'unique"
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H envoie des étincelles en l'air
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H

Sebastian, vous avez prolongé votre contrat avec Ferrari. C'est une histoire de confiance, d'inspiration ?

"Je ne sais pas quelle confiance avait Michael [Schumacher], je n'en ai jamais parlé avec lui, malheureusement comme nous le savons tous, je n'en ai pas eu l'opportunité. Je pense qu'il aurait été l'un des premiers à consulter en 2014, et maintenant, concernant l'avenir ou autre chose… J'aime cette équipe, j'aime les gens qui travaillent pour cette marque. Lewis [Hamilton] a parlé de l'effort nécessaire pour faire une F1, c'est probablement la même chose pour la plupart des équipes, et je crois toujours que Ferrari a quelque chose d'unique, quelque chose que les autres équipes n'ont pas. Quand on parle d'une légende, ça m'apparaît comme une légende vivante en raison de tous ces gens qui travaillent, jour après jour."

"Si vous marchez dans les rues de Maranello, la présence de Ferrari est immense, mais si vous regardez les gens qui travaillent chez Ferrari et que vous les rencontrez, c'est encore plus grand, la passion qu'ils ont en eux pour la marque, et ça leur permet de franchir un pas supplémentaire par rapport aux autres équipes. C'est ma conviction, et je suis extrêmement fier de faire partie de cette famille. C'était une évidence de choisir de continuer. Nous n'avons pas encore accompli ce que nous voulons, mais les choses se présentent bien et nous avons une longue route devant nous."

Pourquoi avoir signé pour trois saisons ?

"Je ne sais pas. Nous avons appris l'année dernière que ces choses-là peuvent arriver assez spontanément… Bien sûr, désormais, je n'ai pas besoin de passer du temps à réfléchir à l'avenir, donc c'est clair. Il y a du temps, beaucoup de choses peuvent se produire. Nous verrons, on ne peut jamais dire jamais, on peut se retirer, peut-être être lassé, puis revenir. Verrons-nous Nico [Rosberg] faire son retour ? Qui sait. Michael était revenu car il aimait la course, mais on en est loin."

Avez-vous signé ce week-end ?

"Je discute avec Ferrari de mon intention de rester depuis un moment, nous n'avons pas connu le succès, donc la mission est en cours. Je veux gagner en rouge. Nous avons parlé d'inspiration plus tôt, et Michael, qui a été la plupart du temps habillé de rouge, a gagné la plupart de ses courses en rouge. Je ne veux pas marcher dans ses pas, toute la génération actuelle chez Ferrari veut tracer sa propre route, mais il y a certainement une grande inspiration. Pour moi, actuellement, c'est le plus gros défi et le plus grand rêve, et je veux les accomplir. Oui, j'ai en fait signé ce week-end."

Niki Lauda a révélé que vous aviez discuté avec Mercedes. Qu'est-ce qui s'est mal passé ?

Rien ne s'est mal passé. Je suis heureux. Niki est heureux, donc rien ne s'est mal passé.

partages
commentaires
Alonso : McLaren pouvait faire 1er et 2e sans déficit moteur
Article précédent

Alonso : McLaren pouvait faire 1er et 2e sans déficit moteur

Article suivant

Verstappen : "Trois secteurs parfaits, ce n'est pas souvent"

Verstappen : "Trois secteurs parfaits, ce n'est pas souvent"
Charger les commentaires