Vettel - Ferrari "ne peut pas être fier" de la saison 2016

partages
commentaires
Vettel - Ferrari
Par : Fabien Gaillard
25 nov. 2016 à 09:00

Alors que la saison 2016 s’apprête à s’achever, Sebastian Vettel est revenu sur la sienne et celle de son écurie, forcément parcouru par un sentiment de déception.

Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H devant son coéquipier Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari, Kimi Raikkonen, Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari lors de la parade des pilotes
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H, Max Verstappen, Red Bull Racing RB12, Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H

Les ambitions de la Scuderia Ferrari ont été fortes en début de saison, avec la volonté, en s’appuyant sur une prometteuse année 2015, d’aller jusqu’à concurrencer Mercedes. Plus de neuf mois après le début de saison, l’objectif n’a pas été rempli. Pire, l’équipe de Maranello ne compte aucune victoire en 20 GP et a été surpassée au classement constructeurs par Red Bull.

Mais, au terme de cette saison décevante, aussi bien sur le plan collectif que personnel, et à la veille de la dernière manche du championnat 2016, Sebastian Vettel veut voir le positif sans masquer la contre-performance.

"Je pense que le point le plus fort que nous avons est l’état d’esprit au sein de l’équipe. Vous voyez très souvent qu’il est critiqué mais je ne pense pas que c’est justifié. Nous travaillons très dur, nous sommes très impliqués. Évidemment, nous aurions voulu quelque chose d’autre cette année, pour beaucoup de raisons ça ne s’est pas passé."

Et parmi ces raisons, logiquement, une monoplace qui n’a pas été à la hauteur de ses concurrentes. "Je pense que si vous voulez parler du déficit de la voiture, bien sûr nous avons beaucoup de travail devant nous. L’année prochaine, les règles seront très différentes et si vous regardez à ce qu’il a manqué cette année, je pense que nous manquons d’un petit peu d’appui par rapport à nos principaux concurrents."

"Nous faisons un très bon travail depuis le début de l’année, avec l’unité de puissance et globalement, mais nous ne sommes toujours pas exactement là où nous voulons être, surtout le samedi. Il est assez évident que Mercedes semble toujours avoir une petite astuce pour être capable de faire plus que les autres constructeurs. Et je pense que ce sont probablement les deux points principaux qui manquaient cette année, mais aussi deux points sur lesquels nous allons nous concentrer la saison prochaine."

Un autre problème est celui du fonctionnement des pneus avec une SF16-H qui a semblé manquer de souplesse dans ce domaine. "Si vous avez une voiture qui produit beaucoup d’appui, la plupart du temps, elle va fonctionner avec les pneus. Je pense que ces deux choses vont de pair, mais je pense globalement que la voiture a été un bon pas en avant par rapport à l’année dernière. Je pense que notre performance était en fait meilleure que ce que les résultats ont parfois montré, mais les circonstances n’étaient pas toujours les meilleures."

"Malgré tout, nous ne pouvons pas être fiers de cette année, nous ne le sommes pas, parce que nous sommes arrivés dans cette saison en voulant nous battre pour le championnat et ça n’a pas été le cas. L’objectif pour l’année prochaine est très clair. C’est un défi énorme pour toutes les équipes et nous-mêmes que les voitures soient prêtes pour la saison suivante parce qu’il y a beaucoup de changement."

Monza, le meilleur souvenir

Sur un plan plus personnel, quand il lui est demandé de pointer son meilleur moment de la saison, il répond : "La saison a été si longue que je ne me souviens pas vraiment de tout. Je pense que le moment fort a été bien sûr le podium à Monza, de loin. C'est très spécial d'être sur le podium. J'ai eu assez de chance d'être sur le podium de nombreuses fois là-bas, de gagner la course. Mais je pense qu'être sur le podium avec Ferrari l'année dernière et cette année, encore une fois c'était assez unique."

"Je pense aussi au fait que l'année dernière était ma première fois et y revenir cette année à nouveau, d'y aller et aussi de voir que c'était une saison difficile pour nous, parfois nous avons eu beaucoup de critiques, à tort ou à raison, mais de voir que les tifosi sont venus pour nous soutenir et toujours croire en nous a été un grand boost et une chose dont nous nous souviendrons très, très souvent, surtout dans les moments difficiles."

"Puis, je pense que nous avons eu des moments qui n'étaient pas très glorieux. [...] en Australie quand nous cherchions le podium. Bahreïn est probablement le pire, parce que je n'ai même pas pu démarrer la course et nous étions très compétitifs ce jour-là, mais nous n'avons pas pu le voir. Je pense que c'était le pire, que je ne débute pas la course."

Présentation vidéo du GP d'Abu Dhabi

Prochain article Formule 1
EL1 - Première référence pour Hamilton

Previous article

EL1 - Première référence pour Hamilton

Next article

Pirelli a-t-il pris la bonne direction avec les pneus 2017 ?

Pirelli a-t-il pris la bonne direction avec les pneus 2017 ?

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel Shop Now
Équipes Ferrari Shop Now
Auteur Fabien Gaillard
Type d'article Actualités